La Nouvelle Tribune

Crise énergétique : les Béninois sont victimes du manque de capitalisation de leurs gouvernants

Espace membre

L’ancien Directeur général  de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) de  1990 à 1995,  Dr Philippe Hounkpatin, et Herman Mèton, porte-parole des consommateurs, ont apprécié et fait des propositions sur la crise énergétique qui fait ravage actuellement au Bénin. C’est sur l’émission "Eclairage"  de ce dimanche 24 mars.

Lenteur dans la mise en œuvre  des programmes, mauvaise utilisation des ressources humaines, manque de capitalisation, mauvaise gestion avérée… ce sont les maux qui ont conduit à la crise énergétique que vit aujourd’hui  le Bénin. En effet,  d’après  Dr Philippe Hounkpatin, la crise énergétique qui secoue actuellement le Bénin aurait pu être prévenue si les gouvernants actuels avaient considéré les divers études et plans directeurs élaborés par leurs prédécesseurs pour assurer une autonomie énergétique au Bénin. C’est le diagnostic que fait,  l’ancien Directeur de la Sbee, de la crise énergétique actuelle sur l’émission "Eclairage" de ce dimanche. Et ce, pour avoir participé, en tant que personne ressource, à l’élaboration de ces plans directeurs. Mais la liste des maux semble plus large d’après  Herman Mèton,  qui  accuse les autorités béninoises  d’être fermées aux propositions.

D’après l’ancien Directeur général de la Sbee, le Bénin dispose d’un plan directeur du  secteur de l’énergie prenant en compte la période de 2000 à 2015 et visant à exploiter toutes les potentialités en matière de voisinage et de ressources naturelles internes du Bénin.  Aussi, les autorités devraient-elles unir leurs forces avec le Togo dans le cadre de  la Communauté électrique du Bénin (Ceb).  Seulement, « ce plan Directeur semble rangé dans les tiroirs ou pourrait être même ignoré par le Directeur général actuel de la Sbee. « Et, le Bénin  prend des initiatives unilatérales pour faire  face à la crise », fait constater Dr Hounkpatin. Il illustre la situation par la construction des centrales à gaz de Maria Gléta. Malgré  cela la crise persiste, « Parce que la formule a été ratée»

Pour soulager les Béninois de leur peine à court et long terme, l’ancien Directeur général de la Sbee préconise la combinaison de toutes les sources d’énergie. Car en matière  d’énergie, «il faut combiner les sources, celles du voisinage y comprise… », Explique-t-il. Tout en recommandant l’exploitation immédiate des  diverses études prêtes à l’usage, ainsi que l’acquisition de groupes électrogènes pour répondre aux besoins pressants d’approvisionnement en énergie comme ce fut le cas en 1998 où le Bénin a connu une crise similaire.