La Nouvelle Tribune

Assemblée

Espace membre

Le budget 2009 voté à l’unanimité
( La manoeuvre de  Amissétou Affo Djobo à ses collègues) 58 voix pour, 0 contre et 0 abstention, tel est le verdict qui a sanctionné, le mardi dernier, le vote du projet de budget gestion 2009 de l’Assemblée nationale. Après quelques minutes de suspension intervenue suite à la lecture du rapport général de la commission des finances et des échanges après l’ouverture des travaux en plénière, les députés n’ont plus dormi sur leur laurier pour entamer l’examen du projet de budget. Au cours de l’examen du document, les députés sont intervenus sur certains aspects du budget. Entre autres, les frais de mission des députés sur le terrain qui auraient été prévu dans le projet de budget à raison de 30 millions de francs cfa. Mais certains députés ont opposé un avis contraire et ils ont souhaité la suppression de cette rubrique. Finalement, après quelques achoppements, il a été affecté dans la rubrique destinée aux frais de mission du président de l’Assemblée nationale, un montant complémentaire de 20 millions cfa, ce qui fait au total une somme de 70 millions cfa pour cette rubrique. Le projet de budget 2009 de l’institution parlementaire a prévu aussi une augmentation de 100% des primes de session des députés, par contre pour celles du personnel, il n’a été prévu que 10% d’augmentation. Une situation qui a suscité aussi assez de remous au sein du personnel. D’autres aspects non moins importants ont été abordés au cours des débats. La caisse noire du président de l’Assemblée nationale, les dépenses de fonctionnement, les avantages n’ont pas été occultés par les députés au cours des débats en plénière. Il faut noter que le budget de l’institution parlementaire voté s’élève à environ 8 milliards 196 millions de francs cfa, soit un taux d’accroissement de 9% par rapport au budget de l’année précédente. Selon des sources parlementaires, la lettre de cadrage demandée par le gouvernement aurait été légèrement dépassée par les députés.

La manoeuvre de la 2è secrétaire parlementaire
Le gouvernement a demandé une 8è session extraordinaire afin d’étudier des dossiers très importants tels que le collectif budgétaire 2008 demandé par le chef de l’Etat, le vote des projets de loi relatifs au code pénal et au code de procédure pénale entrant dans la mise en oeuvre des accords de financement de Mca Bénin. Selon les textes du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, il faut un certain nombre de députés pour atteindre le quorum avant l’ouverture d’une session. Après l’examen et le vote du budget 2009 de l’Assemblée nationale, le président Mathurin Nago a demandé la vérification du quorum avant l’ouverture de cette 8è session extraordinaire. On ne sait pas quelle mouche a piqué la 2è secrétaire parlementaire Amissétou Affo Djobo chargée de vérifier le quorum. Au lieu de comptabiliser un nombre de 38 députés présents dans l’hémicycle, puisque, entre temps, certains députés se sont levés de leur siège, la 2è secrétaire parlementaire a annoncé publiquement 49 députés présents. Ce qui a attiré l’attention de certains députés dont Lazare Sèhouéto qui a aussitôt réagi pour contredire Amissétou Affo Djobo. Selon ce dernier, il n’est pas question de jouer à ce jeu, puisque  les députés eux-mêmes dans leur majorité qui ont voulu de cette session extraordinaire vue l’importance des dossiers inscrits à son ordre du jour. Pour lui, ils sont mêmes prêts à attendre pour qu’on aille chercher les députés qui sont sortis. Mais ces quelques minutes de recherches ont été infructueuses. Il sera appuyé dans ses propos par certains députés de Fcbe qui ont exclamé leur étonnement. Finalement, le président Nago a évoqué comme alibi une erreur de comptage de la secrétaire parlementaire pour lever la séance. Un hold up que beaucoup de députés n’ont pas apprécié dans leur ensemble. Mais selon certaines sources parlementaires, il aurait été retenu de reporter l’ouverture de cette 8è session  extraordinaire à une date ultérieure.