La Nouvelle Tribune

Crise sociale au Bénin : l’Unamab suspend sa grève, accorde un mois de moratoire au gouvernement

Espace membre

Après le secteur de la santé, c’est au tour de l’administration judiciaire du Bénin, de connaître une décrispation de la crise qui la déchire depuis le 03 décembre 2013. A l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire qu’elle a tenue hier, à Cotonou, l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), après avoir analysé l’évolution de la situation depuis le début de la crise, a décidé de reprendre service à compter de demain jeudi 06 mars 2014.

Cette décision de l’Unamab de suspendre son mouvement de débrayage intervient au lendemain de celle du Syndicat national des travailleurs de la justice et assimilés du Bénin (Syntrajab) qui a décidé d’aller dans le même sens. C’est la justice béninoise qui renaît ainsi de ses cendres, après plus de trois mois de paralysie.

A travers une déclaration rendue publique hier à l’issue de l’Assemblée générale, on peut noter que c’est pour éprouver, une foi encore, la bonne foi du gouvernement et de son chef et surtout, soucieux de compatir aux souffrances des justiciables, notamment des détenus, que l’Unamab a demandé à ses membres de reprendre service dès demain jeudi.

Rappelons que le mouvement de débrayage des magistrats exigeait du gouvernement trois points de revendication. Il s’agit de : « la rétrocession de l’intégralité des fonds illégalement et arbitrairement défalqués ; la mise en place d’un dispositif pour assurer la sécurité de tous les magistrats ; et enfin la correction des irrégularités contenues dans les nominations de 2013 et de 2014».

«En ce qui concerne la revendication incidente relative à la rétrocession des défalcations sur salaires opérées en janvier et février 2014, l’Assemblée générale a pris acte de ce que le président de la République, dans son adresse à la nation du 28 février 2014, s’est engagé formellement devant l’opinion publique nationale et internationale à les faire restituer », a exprimé Serge Tchina, qui a rendu publique la déclaration des magistrats.

Par ailleurs, l’Assemblée générale a également noté, sur la question de la sécurité des magistrats, que les négociations enclenchées avec le gouvernement ont abouti à la mise en place d’un cadre de réflexions et d’actions avec les forces de sécurité pour identifier les mesures susceptibles d’assurer la sécurité du magistrat tant au service qu’à domicile.

Bénin : les magistrats suspendent leur grève illimitée

S’agissant du troisième point de revendication, l’Unamab dans ses analyses a relevé qu’en dépit des efforts consentis par le conseil supérieur de la magistrature, les nominations contiennent encore de nombreuses irrégularités. Mais l’Assemblée générale a noté que le garde des sceaux a enfin accepté de faire montre de plus d’ouverture afin que les prochaines nominations tiennent davantage compte de l’article 35 de la loi portant statut de la magistrature.

En décidant de suspendre sa grève, l’Unamab a toutefois accordé au gouvernement un délai de un mois afin que celui-ci puisse concrétiser la rétrocession des fonds qu’il a défalqués en janvier et en février 2014. Au cours de ce délai, l’Unamab exige également la correction des irrégularités contenues dans les nominations de 2013 et 2014.