La Nouvelle Tribune

Régionalisme

Espace membre

Le secrétaire général du gouvernement ouvre le débat
Dans un « entretien exclusif » qu’il a accordé à la chaîne de télévision privée, Golfe Tv qui l’a diffusé mardi soir, le secrétaire général du gouvernement, Victor Prudent Topanou ouvre le débat sur la « régionalisation » des avantages publics. Pour certains animateurs de la vie politique béninoise, l’accès à certains avantages publics est depuis l’avènement du régime du changement, conditionné par la région d’origine du bénéficiaire. Cette critique, l’une des quatorze (14) formulées par les groupes politiques G4, G13 et Force clé à l’endroit du régime du changement, est, selon Victor Prudent Topanou, secrétaire général du gouvernement, « infondée ». Et pour cause ! « Je tiens affirme-t-il, dans un entretien qu’il a exclusivement accordé à la chaîne privée de télévision, Golfe Tv mardi, le répertoire des nominations faites par le président actuel de la République depuis avril 2006 ». Sur la base de ce document donc, qui renseigne sur les membres du gouvernement, ceux des cabinets civil et militaire du président de la République et autres hauts fonctionnaires de l’Etat dont la nomination relève du chef de l’Etat, M. Topanou annonce que le nord et le sud du pays sont respectivement représenté par 40% et 60% de cadres. D’ailleurs, indique-t-il, « moi je ne suis pas du nord ». Alors, contrairement donc à la critique des formations politiques entrées en fronde contre le régime du changement depuis un moment, le secrétaire général du gouvernement annonce plutôt qu’il y a autour du chef de l’Etat, plus de cadres, originaires comme lui, des localités du sud du Bénin que du nord. Pour ce faire, M. Topanou estime qu’il est dangereux que les auteurs de la critique, qui, pour la plupart, rappelle-il, « ont été par le passé associés à la gestion du pays partent du faux postulat selon lequel le présent régime fait du régionalisme pour proposer qu’il faut que prochainement le président de la République soit originaire du sud ».

Des escrocs opèrent au nom d’autorités publiques
Au terme de l’entretien qui lui a permis de passer en revue plusieurs autres sujets d’actualités tels que la prétendue imminence d’un remaniement, le secrétaire général du gouvernement a signalé l’existence d’un phénomène d’escroquerie dans les milieux publics. Il s’agit de personnes qui passent pour des envoyés de certaines personnalités auprès d’autres pour des services. Après en avoir été plusieurs fois victimes, M. Topanou semble bien placé pour dire à ses camarades, responsables, d’avoir « la présence d’esprit » de procéder à des vérifications. En effet, plusieurs fois déjà, des personnes présumées envoyées par le secrétaire général du gouvernement ont tenté de prendre à certains ministres ou directeurs des ressources financières et matérielles, des bons d’essence pour des valeurs allant jusqu’à trois cent mille (300.000) francs cfa. D’autres demandent au téléphone des services et faveurs à des directeurs de sociétés en se faisant passer toujours pour le secrétaire général du gouvernement.

Ludovic D. Guédénon