La Nouvelle Tribune

Crise sociale au Bénin : les négociations échouent, la grève continue

Espace membre

En vue du dégel de la crise sociale, gouvernement et syndicats se sont retrouvés hier à l’Infosec pour dialoguer. Mais comme les autres fois, cette rencontre a échoué. Comme on pouvait s’y attendre, la cinquième rencontre de négociation gouvernement/confédérations syndicales a échoué.

Les acteurs après environ deux heures de discussions n’ont en effet pu aplanir leurs divergences notamment au sujet des défalcations, premier point de revendication en débat depuis la dernière séance. Chacune des parties est restée campée sur sa position empêchant les négociations de continuer. Pour le gouvernement, la grève est illégale et par conséquent les défalcations normales. Et si le gouvernement veut surseoir aux défalcations notamment des jours de grève du mois de février, et cela à condition que les travailleurs reprennent le travail, c’est pour le dégel de la situation, a affirmé le ministre chargé du dialogue social, Martial Sounton. De leurs côtés, les syndicats soutiennent plutôt que le mouvement de grève enclenché depuis le 07 janvier dernier est bien légal et parce qu’ayant pour motif la violation des libertés démocratiques chèrement acquises, il ne saurait y avoir défalcation. Et ils exigent la rétrocession de la totalité des montants défalqués pour fait de grève. Aussi, ont-ils tenu à rappeler que la défalcation qui «a pour but de faire respecter les lois de l’Assemblée sur la grève» n’est pas le seul point de revendication. Ils dénoncent également le dilatoire du gouvernement qui joue, selon eux, au pourrissement de la situation. Se rendant «compte de l’échec des négociations du gouvernement», les Sg Lokossou, Chadaré, Todjinou, Iko, Dovonon et Mètongnon ont également tenu à préciser que la grève se poursuit. Et ce, jusqu’à la satisfaction totale des revendications des travailleurs. Dans ce sens, ils appellent les travailleurs à la mobilisation générale pour sauver la démocratie béninoise.