La Nouvelle Tribune

Avrankou

Espace membre

La Fcbe arrache la mairie au Prd (Des conseillers du Prd votent pour le maire et ses adjoints) :Après le règlement définitif des contentieux électoraux dans la commune d’Avrankou par la Cour suprême, le préfet des départements de l’ouémé et du plateau Inès Aboh a autorisé l’installation du conseil communal de cette localité et l’élection du maire de ses adjoints et des chefs d’arrondissements. Ce qui a été fait hier dans les locaux de la mairie d’Avrankou sous haute surveillance militaire. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer hier à Avrankou, tout s’est déroulé dans le calme. Il a été même constaté qu’après le vote, deux conseillers du Prd ont accordé leur suffrage aux candidats de la Fcbe. Au terme de l’élection, l’ancien maire Georges Nounagnon de la Fcbe a été élu avec 12 voix sur les 19 conseillers. Le premier adjoint au maire Hubert Hounhozoukou de la Fcbe a été élu pareillement ainsi que le deuxième adjoint au maire Louis Hounkanrin. Face à cette situation, on est droit d’affirmer que le Prd qu’on  redoutait le plus pour la détermination de ses militants à bloquer le processus ont finalement mordu la poussière et même certains ont préféré accorder leur voix aux candidats de la Fcbe. Une situation qui a créé beaucoup d’étonnements hier à la mairie d’Avrankou. Finalement, malgré ce soutien suspect, le Prd de Me Adrien Houngbédji s’en est sorti sans aucun poste de responsabilité dans cette commune. La Fcbe a tout raflé sur son chemin face à l’impuissance des conseillers Prd minoritaires.
 Mais avant cette élection, la salle s’est quelque peu surchauffée, suite à l’opposition des conseillers du Prd de procéder à l’installation tant que la situation de non notification d’invalidation du siège du conseiller Prd de Sado n’est pas clarifiée. La plupart des membres du bureau d’âge installé ainsi que le président étant du Prd, le processus a connu au début un ralentissement. Dans ce méli mélo, le préfet Inès Aboh présente a dû faire des injonctions et finalement le président du bureau d’âge issu du Prd a été destitué et remplacé par le conseiller suivant le plus âgé qui est de la Fcbe. La pression et les perturbations engendrées par les conseillers Prd dans la salle ont amené le préfet à changer de salle. Ainsi tous les conseillers ont été déplacés dans la nouvelle salle pour poursuivre les élections. Ce qui a permis de procéder à l’élection du maire,de  ses adjoints et les Ca qui sont tous issus de la liste Fcbe.
Il est à noter que sur les 19 conseillers d’Avrankou, seulement 13 ont répondu présents dans la salle. Sur les 10 conseillers de la Fcbe, 6 ont été présents et 4 procurations ont été données par les absents. Tandis que pour le Prd, 7 conseillers étaient présents sur les 9.
Ismail Kèko

La victoire de la force sur le droit
Victor Hugo écrivait ceci : « Si vous avez la force, nous avons le droit ». Depuis un bon moment avec l’installation des conseils communaux à la tête du client, une conclusion se dégage en ces termes : « les cauris ont la force et leurs adversaires ont le droit ».  Ce qui s’est passé hier à Avrankou comparatif à ce qui s’est passé à Abomey-Calavi, montre que la démocratie est déjà presque dans la tombe au Bénin. Le pouvoir en place use la force pour gagner les mairies, alors qu’à la base, il est impopulaire. C’est surprenant que l’on fasse croire que les cauris ont battu le Prd à Avrankou. Face à la force des Fcbe, les militants du Prd ont baissé l’échine et laissé faire ceux qui disposent des militaires armés jusqu’aux dents prendre la maire. C’est un véritable braquage électoral. Mais, une chose est claire. Ces cauris qui ont gagné cette commune doivent se reprocher des choses. En leurs âme et conscience, ils savent qu’ils ne méritent pas cette place à Avrankou. Les uns et les autres doivent apprendre cette leçon : « aucun pouvoir n’est éternel ». Le moment venu, ces partisans de circonstance du chef de l’Etat pourraient aussi être victimes des mêmes manœuvres. Comme quoi, rira bien, qui rira le dernier.
Jules Yaovi MAOUSSI