La Nouvelle Tribune

Lépi - ouémé : le collectif des CCA-Fcbe dénonce un favoritisme, Charlemagne Honfo dément

Espace membre

Le processus de correction de la Lepi en cours, n’est pas encore entré dans sa phase active, mais alimente déjà des polémiques partisanes par endroit. C’est le cas par exemple dans les départements de l’Ouémé et du Plateau, où le coordonateur départemental de supervision de la correction de la Lepi, le député Charlemagne Honfo est accusé de favoritisme, en ce qui concerne le recrutement des Agents locaux d’actualisation (Ala).

Dans une déclaration qu’il a faite il y a quelques jours à Porto-Novo, le Collectif des conseillers communaux d’actualisation (Cca), issus de la formation politique des Fcbe, ont dénoncé des pratiques dont le coordonnateur départemental serait instigateur. A en croire, Jean-Louis Débarros, porte-parole du collectif des Cca, qui avait rendu public la déclaration, le Coordonateur Ouémé-Plateau de la supervision de l’actualisation de la Lepi, Charlemagne Honfo mettrait en place des mécanismes pour favoriser le positionnement des membres du Parti du renouveau démocratique (Prd), son parti, sur la liste définitive des Ala recrutés. Faux ! rétorque le député Honfo. Selon lui, ces allégations sont fausses. Il affirme que les listes des Ala ne sont même pas jusqu’à présent à son niveau. Il explique que ces listes se trouvent encore au niveau des coordonateurs de zone, à qui il a été demandé de procéder à une vérification et à un apurement de la liste conformément aux critères requis par les textes. Selon lui, c’est parce que les Cca-Fcbe ont peur que l’on découvre sur ces listes des personnes qu’ils ont pu positionner par des moyens détournés, qu’ils essaient de bloquer le processus. Charlemagne Honfo ajoute que ceux qui ont fait cette déclaration sont les mêmes que ceux qui ont marché par le passé pour réclamer sa démission. Ce qui lui permet de faire croire qu’il s’agit également d’autre part d’un problème de personne.