La Nouvelle Tribune

Manuel de droit constitutionnel de l’Abdc : Joseph Gnonlonfoun reçoit le 1er volume de Joël Frédéric Aïvo

Espace membre

Le juriste-constitutionaliste, enseignant de droit public et de science politique à l’Université d’Abomey-Calavi, Frédéric Joël Aïvo, a transmis hier au Médiateur de la République, un lot du document relatif à l’Annuaire béninois de justice constitutionnelle intitulé « 21 ans de jurisprudence de la cour constitutionnelle du Bénin (1991-2012) ».

C’était en présence de trois de ses collègues et des collaborateurs du Médiateur. Soulignons que c’est un ouvrage réalisé avec le soutien de la fondation Osiwa, publié par les Presses Universitaires du Bénin (Pub). Le Professeur Frédéric Joël Aïvo a expliqué les raisons pour lesquelles il a réalisé l’annuaire, les objectifs qu’il poursuit et quelle est la finalité de cette édition. Selon ses explications, l’annuaire béninois de justice constitutionnelle est un commentaire international des décisions de la Cour Constitutionnelle rendues depuis 1991. Il déclare « nous avons rendu une cinquantaine de décisions que nous considérons comme étant significatives et les plus importantes des décisions de la Cour Constitutionnelle du Bénin, en matière des droits de l’homme, en matière de fonctionnement, en matière de régulation des institutions, en matière de contentieux électoral…». Il poursuit que c’est « un nombre de spécialistes béninois, qui viennent des universités du Togo, du Sénégal, du Burkina-Faso, du Gabon, du Cameroun et notre objectif principal est de soumettre les résultats de la Cour Constitutionnelle à nos collègues pour qu’on puisse présenter une démarche pédagogique, davantage faire participer les citoyens à la consolidation des décisions de la cour constitutionnelle, et en même temps, et de renvoyer aux juges, par ce dialogue, les études que les universitaires, de renvoyer aux juges, parfois leurs propres imperfections…». Quant au Médiateur de la République, il a déclaré que ce document permettra à la plupart de nos concitoyens, d’être au courant des décisions de certaines de nos institutions, pourvues qu’ils acceptent de les lire et surtout, de chercher à comprendre. «Je vous suis reconnaissant chers pédagogues et chers amis, de nous conduire au sein de la justice constitutionnelle et je vous remercie » a-t-il affirmé.