La Nouvelle Tribune

Marche des syndicalistes à Porto-Novo : ils exigent les libertés syndicales et la restitution des sous défalqués

Espace membre

Les travailleurs affiliés à la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (Cstb) ont organisé dans la matinée d’hier, à travers la ville de Porto-Novo, une gigantesque marche de protestation. Ils étaient des centaines à marcher dans les artères de la ville.

Le départ a été pris devant la bibliothèque nationale pour échouer à la préfecture de Porto-Novo en passant par le carrefour Catchi et le siège de l’Assemblée nationale. Cette marche a été encadrée par les éléments de la police nationale jusqu’à sa destination. Les marcheurs, tout au long du trajet, scandaient des slogans hostiles au chef de l’Etat. Arrivés à destination, au lieu d’être reçus par le préfet lui-même, ces travailleurs manifestants ont été reçus par son représentant en la personne de Damien Monnou. Dans leur motion, le secrétaire confédéral ouémé-plateau, Joseph Ayimassè dira que, les travailleurs ont exigé entre autres, le respect sans entraves des libertés syndicales et la restitution des sous défalqués sur salaire pour fait de grève, la réparation des sévices corporels et des dommages imposés aux élèves lors de leur manifestation à Porto-Novo, voir comment régler les ordonnances prescrites à l’élève qui a été bastonné à mort et qui croupit encore à l’hôpital. Prenant la parole à son tour, Damien Monnou, représentant du préfet des départements de l’ouémé et du plateau, a rassuré les marcheurs que leur motion sera transmise à l’autorité préfectorale et qu’un comité sera mis sur pied pour étudier le cas de cet élève.