La Nouvelle Tribune

Le Pcb et la Cpfg réaffirment leur soutien aux grévistes

Espace membre

Le 1er secrétaire général du Parti Communiste du Bénin (Pcb) et Président de la Convention patriotique des forces de Gauche (Cpfg), Philippe Noudjènoumè , et ses pairs ont passé au peigne fin, l’actualité nationale, hier 27 janvier, à la Bourse du Travail. Occasion pour eux, de réaffirmer, leur soutien aux travailleurs grévistes. L es soutiens aux centrales syndicales dans leur initiative de grève pour rétablir les libertés fondamentales mises à mal par les agissements du gouvernement, se multiplient et se précisent.

C’était le tour du Pcb et de la Cpfg, hier, à la Bourse de travail, d’exprimer leur indignation face à la sanglante répression de la marche pacifique des travailleurs, 27 décembre 2013. Une répression, qui selon les conférenciers, est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des violations des libertés. Aux dires du Professeur Noudjènoumè, on ne peut qu’encourager l’initiative des grévistes qui ont refusé de continuer à subir les diktats du gouvernement, en exigeant, entre autres, le limogeage des auteurs de leur oppression (le Commissaire Agossadou et le Préfet Azandé) et l’annulation des concours frauduleux. Il n’a alors pas manqué à cet exercice : «je redis à tous les travailleurs en lutte et ce, en dépit des menaces et sacrifices de toutes natures, tout mon soutien, au nom du Pcb et de la Cpfg, bravo ! Bravo», a-t-il martelé. Aussi, a-t-il exhorté les manifestants à résister aux actes d’intimidations, telle la défalcation opérée sur leurs salaires. Qui n’est d’ailleurs «qu’une énième violation de la constitution par le gouvernement ». Quant aux détracteurs qui traitent les mouvements de grève de politiques, le Professeur Philippe Noudjènoumè, n’a pas manqué de leur répondre. Selon ce dernier, on ne saurait parler de politique sans parler des syndicats qui veillent à la bonne mise en œuvre desdites politiques. Ainsi, a-t-il invité les grévistes à ne pas cacher leur connotation politique, si c’est à ce seul prix qu’ils auront satisfaction de leurs revendications. Par ailleurs, plusieurs d’autres sujets dont la décision de la Cour Constitution et la réaction des députés à propos du rejet du budget général de l’Etat, exercice 2014, et la perspective d’une assise nationale pour restaurer au Bénin, les valeurs démocratiques, ont été abordés par les conférenciers.