La Nouvelle Tribune

Situation politique nationale

Espace membre

André Dassoundo fait le procès des Fcbe
Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, André Dassoundo, a dit ses quatre vérités aux Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et à l’entourage du chef de l’Etat. Il a dénoncé les coups bas dans le camp présidentiel et la mauvaise gestion des dossiers politiques qui sont à la base des tensions politiques actuelles dans le pays.

C’était dimanche dernier sur les antennes d’une radio de la place.
M. Dassoundo, par cette sortie médiatique, a enfin dit tout haut ce qu’il pensait tout bas comme d’autres ténors de la mouvance présidentielle. Il n’a que fait critiquer les tares du système Yayi comme les G13, G4, Force-clé et d’autres personnalités de la classe politique nationale. Beaucoup savaient que certaines brebis galeuses tapies au palais de la République, par leurs manœuvres, empêchaient le chef de l’Etat de voir la réalité en face. Pour preuve, les adversaires du pouvoir en place sont majoritaires aujourd’hui à l’Assemblée nationale. La deuxième personnalité du Parlement béninois a reconnu tout cela, cette fin de semaine. Si ces genres de déclarations viennent d’un personnage politique comme lui qui est, malgré tout, au cœur du changement, c’est la preuve que ça va très mal dans le pays et même au sein de la mouvance. André Dassoundo n’est pas n’importe qui. Il a suscité et soutenu la candidature du président Boni Yayi à la dernière élection présidentielle. En principe, il allait continuer de chanter les louanges du régime en place comme d’autres pour préserver leurs intérêts. Ceci montre que le mécontentement se généralise. A cette allure, l’éclatement des Fcbe n’est pas loin.

Nago en difficulté
Les dernières déclarations de M. Dassoundo doivent faire plus peur au président de l’Assemblée nationale, Mathurin Nago, qui est actuellement sur la braise. Sa destitution est toujours à l’ordre du jour. Selon les informations, il y a une session extraordinaire spéciale en vue pour débattre de son cas. Curieusement, c’est à la veille de cette échéance que son adjoint direct fait des révélations sur les Fcbe. Dans le schéma des putchistes, il faut préparer pour remplacer Nago au perchoir. Selon certains observateurs de la vie politique nationale, ce natif de Dassa-Zoumè dans le département des Collines était depuis dans la même logique que les G4, G13 et Force-clé pour destituer l’actuel chef du Parlement béninois. Est-ce que maintenant tout est fin prêt pour réussir le coup ? Peut-être oui. Dès lors, il y aura à coup sûr des miracles les jours à venir à l’Assemblée nationale. Comme M. Dassoundo, beaucoup de députés-Fcbe sont mécontents du gouvernement en place et de son chef. Faire partir Nago est leur solution pour rétablir dans leur famille et définir les nouvelles stratégies pour les prochaines batailles politiques.

Jules Yaovi MAOUSSI