La Nouvelle Tribune

Bénin : La grève générale passe de 48 heures à 72 heures

Espace membre

C’est désormais trois jours. La grève d’avertissement de 48 heures de paralysie générale de l’administration publique décidée par les Confédérations syndicales et la Fédération des Syndicats des Travailleurs de l’Administration des Finances se durcit. Après deux semaines d’observance de la motion sans satisfaction, le mouvement de débrayage passe désormais à 72 heures à compter de ce mardi 21 janvier.

Cela pour non satisfaction des revendications des travailleurs. Ces derniers exigent entre autres, le respect scrupuleux et la jouissance sans entraves des libertés démocratiques et syndicales, le relèvement de leur fonction de messieurs Azandé Placide, Préfet du département de l’Atlantique-Littoral et Agossadou Pierre, Commissaire central de la ville de Cotonou, auteurs de la barbarie du 27 décembre 2013 conformément à l’article 19 de la Constitution du Bénin du 11 décembre 1990.

Si le gouvernement semble ouvert au dialogue, comme le témoigne la rencontre du 14 janvier dernier qui fut un échec, les Secrétaires généraux des Centrales syndicales posent un préalable pour l’ouverture de toute négociation. Ce préalable, c’est le départ des «auteurs de la barbarie du 27 décembre 2013».

Les Sg signataires de la motion rendent le gouvernement responsable des déconvenues qu’engendrerait son entêtement à mépriser les revendications des travailleurs. 

Lire ci-dessous publiée l’intégralité de la motion de grève des syndicalistes.