La Nouvelle Tribune

Cartes sur table de Océan Fm hier : Djibril Débourou a loupé le coche

Espace membre

Le député Djibril Débourou, était ce dimanche, l’invité de l’émission «Cartes sur tables» de la radio Océan FM. Convié à se prononcer sur l’actualité politique nationale, notamment le rejet du Budget, l’organisation à bonne date des élections, et les propos régionalistes qu’il a eu à tenir par rapport au concours des magistrats et bien d’autres, il a préféré survoler presque toutes les questions du confrère.

Il est passé à côté de l’essentiel. Les observations faites par le député n’étaient pas convaincantes. Le Premier Questeur de l’Assemblée Nationale s’est tout le temps refugié derrière la formule qu’il s’est permis de consacrer : «je n’ai rien à dire, c’est tout ce que j’ai à dire». Le rejet du Budget n’est pas une chose inédite sous le régime de Yayi, a tenu à faire entendre Djibril Mama Débourou, qui déplore la communication qui se fait autour du dernier rejet en date. Pendant 90 minutes, le Coordonnateur parlementaire des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (fcbe) n’a fait qu’esquiver les questions à lui adressées par l’animateur. Par rapport à l’inorganisation à bonne date des élections, l’homme estime que cet état de choses, qui porte un sérieux coup à la démocratie, ne doit pas être imputable à Boni Yayi. Il estime que c’est la Cena qui organise les élections, et non le Président Yayi. Se prononçant sur les propos régionalistes qu’il a tenus la semaine dernière, le député de la majorité présidentielle n’a rien retranché. Bien au contraire, il a trouvé des mots pour justifier ses propos, en précisant que, sur 42 magistrats retenus, lors d’un récent concours, aucun n’était originaire des quatre départements du Nord. Selon lui, sur plus de 300 magistrats que compte le pays, il y a seulement 05 qui proviennent du Nord, une chose anormale, selon ses dires. Nombreux sont les observateurs de l’actualité sociopolitique qui s’accordent à conclure, après avoir suivi ce débat, que l’honorable Débourou a raté une très bonne occasion de se taire. D’autant plus qu’il n’a rien apporté de neuf, et que ses arguments étaient loin de convaincre un poulet.