La Nouvelle Tribune

Rejet du budget de l’Etat : Nago accusé par ses pairs de la mouvance

Espace membre

Propos du Président Mathurin Nago : «Au regard de mes prérogatives, et au nom de mes responsabilités et dans la position que j’occupe en ce moment, c’est grâce à vous… Je me dois de travailler exclusivement pour la Nation béninoise.

Je ne travaille pas pour un camp contre un autre, je ne travaille pas pour un groupe contre un autre, encore une fois, je travaille pour les intérêts de la Nation béninoise. Je voudrais inviter chacun et tous à faire de même, pour que, ensemble avec les autres pouvoirs, nous puissions véritablement défendre les intérêts de la Nation du Bénin (…) Nous avons utilisé les dispositions légales, la procédure législative relative à la Loi de Finances, mais nous avons fait travailler également nos méninges, nous ne sommes pas des automates, des robots, pour n’appliquer que des dispositions, tout doit se faire dans le cadre de ces dispositions, mais nous avons aussi notre réflexion à faire valoir (…) Le mode de votation souvent utilisé est le vote à main levée. Maintenant un groupe de députés, conformément aux dispositions de l’article 57.2 de notre Règlement Intérieur, a demandé que l’on utilise cette fois-ci le scrutin secret. C’est tout à fait légal, c’est tout à fait conforme aux dispositions du Règlement Intérieur. Les motivations de ces députés, ils sont seuls à le dire, ils sont seuls à le savoir. Mais, nous ne pouvons que donner droit à cela (…) Après plus de 20 heures de discussions, de débats, il n’était pas évident de trouver une solution le plus rapidement possible (…) Je constate que les deux modes de scrutin sont des avancées souhaitées, et c’est apprécié par tous. Donc je demande alors d’accepter le scrutin secret, en votant dans l’intérêt supérieur de la Nation». Ces propos du Président de l’Assemblée Nationale, qui ont déclenché hier la rage de ses collègues des Fcbe. Ces derniers pensent qu’ils ne se retrouvent pas dans la synthèse du Président Nago. C’est le cas du premier questeur Djibril Débourou, appuyé par son collègue Chabi Sika, et d’autres. C’est dire donc que le Président Mathurin Nago est resté dans le viseur de ses pairs de la mouvance. Par contre, interrogé de manière informelle sur la question et le rejet du Budget, le Président de la Commission des Lois a reconnu, toutefois, que c’est les textes qui sont appliqués et qu’on ne peut que s’en tenir à ça.