La Nouvelle Tribune

Braquage à Dantokpa

Espace membre

{ic_doc}{/ic_doc}Deux morts, quatre blessés et des cambistes dépouillés


Près d’une trentaine de minutes durant, des malfrats ont braqué hier mardi à Dantokpa les cambistes et les agences de Ecobank et Diamond Bank. Bilan : deux morts, quatre blessés dont deux grièvement et d’importantes sommes d’argent emportées.

Les malfrats ont tué hier mardi deux militaires en poste devant l’agence Eco Bank ; une institution bancaire installée au cœur du marché de Dantokpa. Ils étaient environ une dizaine de malfrats parvenus dans le marché à bord de deux barques motorisées et tous munis d’armes à feux sophistiquées selon les témoignages des bonnes dames du marché ayant vécu la scène. Après avoir dépouillé les cambistes, ils se sont dirigés vers l’agence Eco Bank. A ce niveau, ils se sont heurtés à la résistance des agents de sécurité ayant la garde des lieux. Il s’en est suivi un échange nourri de coups de feu. Malheureusement la caducité des armes des hommes en uniforme a joué en leur défaveur. Résultat, on enregistre deux morts. Un troisième agent de sécurité venu à leur secours a été grièvement blessé et transporté à l’hôpital par la suite.
Les malfrats, aux dires des agents de sécurité ont enfin pu monter dans les locaux de la banque mais n’ont pu rien emporter. Dans leur repli, les malfrats tiraient sur tout ce qui bougeait ainsi que sur les immeubles environnants notamment sur leurs fenêtres par où pouvait provenir une probable riposte.

Les impacts de balles sont d’ailleurs visibles sur les persiennes de l’agence Eco Bank et celles de Diamondbank. Jusque là, aucun renfort n’est venu à la rescousse des agents en faction. Ce qui a permis aux malfrats de se replier sans difficulté laissant derrière eux désolation et tristesse. Pendant qu’un groupe empruntait la voie maritime, le second empruntant celle terrestre. Et c’est ce dernier groupe qui se fera arrêter aux environs de Sèmè.

Embouteillage à Dantokpa

Suite à ce braquage, ce fut le branle-bas général au marché Dantokpa. Les bonnes dames et autres usagers de ce lieu de hautes transactions, revenant de leur torpeur, voulaient quitter les lieux au plus vite. Cela engendra un embouteillage monstre où chacun jouant des coudes voulait fuir ce lieu qui a été le théâtre de ce malheureux événement auquel ils n’étaient pas habitués. Sur le visage de ces milliers d’hommes et femmes, se lisait une intense peur. Ils venaient de côtoyer la mort de très près.

Marius Kpogue

(Retrouvez des articles sur le même sujet dans la rubrique "politique"