La Nouvelle Tribune

CCIB : Naomie Azaria anticipe et réconcilie les acteurs

Espace membre

Informée d’une nouvelle crise en vue, en dehors de celle électorale, la ministre du Commerce, Naomie Azaria, a tenu, ce samedi 7 décembre, une réunion de crise avec les protagonistes, qui sont les travailleurs et le Secrétaire général de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin.

Sacrifiant son repos, la ministre de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises (Micpme), Naomie Azaria, a convié les travailleurs de la Ccib à une réunion de crise, ce samedi 7 décembre 2013. La réunion a eu lieu à la salle de conférence de l’institution consulaire à Cotonou. Etaient présents, l’ensemble des travailleurs et des membres du Cabinet. La réunion se voulait une réunion à huis clos, au cours de laquelle les questions ont été abordées sans tabou. En effet, la ministre Naomie Azaria a reçu une pétition envoyée par le syndicat des travailleurs de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (Ccib). Les signataires de ladite pétition demandaient le limogeage du Secrétaire Général de l’institution. Si la ministre accédait à la demande du syndicat, les élections imminentes à la Ccib risquaient de ne pas avoir lieu de sitôt, puisque le SG est un acteur important de la Commission Electorale Consulaire (Cec) chargée de pourvoir au Bureau de la Ccib. Cette crise survient alors que, sauf imprévu, la Cour Suprême devrait vider cette semaine les derniers recours, ce qui devrait ouvrir la voie à l’organisation des élections. Face à ce danger, Naomie Azaria a décidé d’amener travailleurs et Secrétaire général à s’asseoir sur la même table. Au cours de la réunion de crise de ce samedi, qui a duré près de 5 heures d’horloge, le Secrétaire général du syndicat, puis à sa suite les travailleurs, ont chacun dit ses griefs à l’encontre du SG. Ils reprochent à ce dernier sa gestion, à leur goût pas satisfaisante, des ressources humaines et de la maison en général. A sa défense, certains travailleurs ont estimé que les problèmes qui se posent à la CCIB, étaient d’actualité avant la nomination de l’actuel SG. Après que les travailleurs se soient exprimés, la ministre a pris la parole. Elle a situé les responsabilités, pointant du doigt les insuffisances notées dans la gestion par le Secrétaire Général. Elle n’a pas eu les mots tendres à l’endroit de ce dernier. Qui a promis que tout sera corrigé, avec l’aide de l’ensemble des travailleurs. Prenant note, Naomie Azaria a demandé que ce jour du samedi 7 décembre soit celui d’un nouveau départ. Notant que chaque acteur a son clan, elle a néanmoins demandé que les uns et les autres mettent l’intérêt de la Nation au-dessus des intérêts particuliers. Un repas de réconciliation a été servi avant la séparation. Pour rappel, la Ccib est minée par une crise de succession qui dure depuis décembre 2011. Toutes les tentatives pour élire un Bureau pour cette institution consulaire, se sont heurtées à des obstacles. Depuis quelques semaines, les regards sont tournés vers la Cour Suprême, qui a reçu plus de 40 recours. A ce jour, il n’en reste plus qu’un, qui devrait être vidé mercredi prochain, apprend-on de sources proches de la haute juridiction.