La Nouvelle Tribune

100 jours du Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau : Moukaram Badarou fait l’option d’une tutelle apaisée

Espace membre

En prenant les rênes des départements de l’Ouémé et du Plateau, il y a de cela une centaine de jours, le Préfet Moukaram Badarou s’est engagé à une seule priorité : Celle du développement. Un peu plus de trois mois après sa prise de fonction, on se demande bien si l’homme est demeuré collé à sa vision.

En jetant un coup d’œil dans le rétroviseur, on se rend compte de ce que les 100 premiers jours de gestion du Préfet Moukaram Badarou, n’ont pas été de tout repos. Visite de toutes les unités de sécurité et de défense des deux départements ; contact permanent avec les responsables du commandement militaire ; rencontre avec les quatorze Maires des deux départements, dans un premier temps, et visite de toutes les communes dans le cadre d’une tournée statutaire ; visite des structures déconcentrés et échange avec les différents agents et cadres ; Rencontres avec les acteurs de la Société Civile (sages, notables, chefs traditionnels, chefs religieux, responsables des associations de développement) ; visite des grands chantiers ; appui aux communes pour la concrétisation de projets de développement ; descente régulière sur le terrain au contact des population ; travail pour la visibilité et un meilleur service de la Préfecture en vue d’en faire un fer de lance de développement des deux départements. Ce sont autant d’activités, parmi d’autres, qui dessinent un premier bilan du Préfet. On peut donc déduire, à travers ces activités menées, la volonté de Moukaram Badarou de fonder sa gestion sur une tutelle apaisée et concertée, qui favorise l’accompagnement des communes vers le développement.