La Nouvelle Tribune

Audience à la Haac hier : l’Un menace d’assigner l’Ortb

Espace membre

Une délégation de la Coordination de l’Union fait la Nation (Un) s’est entretenue avec les conseillers de la Haac, hier 5 Décembre 2013, au siège de l’institution. Au menu des discussions, la difficulté d’accès équitable aux médias de service public, par l’opposition.

La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (Haac), à travers ses conseillers, a reçu, hier jeudi 5 Décembre, une délégation de quatre membres de la Coordination de l’Un, pour une séance qu’on peut qualifier de "Vérité". A la tête de ladite délégation, le Coordonnateur national, Lazare Sèhouéto. Qui, prenant la parole en premier, n’a pas caché son mécontentement face à l’impuissance de la Haac à sanctionner l’Ortb qui ne favorise pas l’accès équitable aux médias de service public, pour les acteurs de l’opposition. Avançant dans le même ordre d’idée, Lazare Sèhouéto estime que «la Haac, en tant qu’institution, démantèle la démocratie». Et comme aucune disposition garantissant l’accès équitable aux médias publics n’est respectée, à ses dires, il a exhorté la Haac à abroger toutes les réglementations légales en la matière. Une déclaration qui n’était pas du goût des conseillers, notamment du Conseiller Moïse Bossou, selon qui les propos du Coordonnateur de l’Un semblent "trop forts". Quant au Président de la Haac, Théophile Nata, il reconnaît les limites de l’institution qu’il dirige. Car d’après lui, la Haac ne dispose pas de moyens législatifs adéquats pour faire respecter, par l’Ortb, les dispositions en matière d’accès équitable aux médias de service public. Et ce, contrairement aux chaînes privées, plus facilement régulées. Face à cet aveu, Lazare Sèhouéto a exprimé la volonté de l’Un de contraindre la Télévision nationale à respecter la Loi, en l’assignant devant la Justice. Avant d’être exhorté, en sa qualité de député, par le Président Nata, à mobiliser ses pairs pour le renforcement des législations en matière d’accès équitable aux médias publics, au Bénin. Les deux parties se sont séparées avec des promesses de future collaboration.