La Nouvelle Tribune

Plus de 20 milliards pour la sécurité des Béninois

Espace membre

20 milliards 665 millions 044 mille francs CFA, contre 19 milliards 307 millions 748 mille francs CFA en 2013, soit une augmentation de 7,2%. C’est le montant global qui est prévu pour la sécurité de tous les Béninois, pour l’année 2014.

C’est ce budget que le ministre de l’Intérieur, François Houessou est allé défendre le vendredi dernier, devant la Commission Budgétaire de l’Assemblée Nationale. Au terme des travaux, il donne des précisions par rapport à la présentation qui a été faite de ce budget, aux députés, et surtout les préoccupations importantes abordés par ces derniers. Propos du ministre : «Le volet Sécurité dans ce budget, occupe un montant de 13 milliards 092 millions 232 mille francs, soit 67,81%. Les observations des honorables députés ont été très pertinentes. La sécurité n’a pas de prix dit-on, donc ils ont mis l’accent sur la sécurité des personnes et des biens, sur toute l’étendue du territoire national. Mais, ils ont fait savoir que ce défi à relever ne peut être fait sans l’amélioration des conditions de travail des agents. D’où la nécessité de construire plus de Commissariats de Police, plus de Brigades Territoriales de Gendarmerie, plus de Postes avancés, et surtout l’équipement de ces postes en matériel de travail adéquats. Ils ont également mis l’accent sur la qualité du personnel devant travailler dans ces unités, d’où la nécessité aujourd’hui de mettre l’accent sur la formation, de ré-étoffer certaines unités et de créer également de nouvelles unités, et de les équiper en personnels et surtout en moyens roulants. Ils ont mis également l’accent sur nos frontières, qui sont des attributs de souveraineté de notre pays. Il faut que nous soyons très regardants avec les frontières, en veillant à leur surveillance, en les dotant de postes frontaliers, parce qu’il faut défendre l’intégrité territoriale de notre pays. Donc nous avons pris acte de ces observations et nous reviendrons le mardi prochain, avec le document corrigé, où toutes les observations notées seront intégrées».