La Nouvelle Tribune

Bénin : le Budget de la présidence s’établit à 6,7 milliards FCFA

Espace membre

Le ballet des ministères et institutions d’Etat se poursuit au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Ainsi, la Présidence de la République, représentée par le Secrétaire Général de la Présidence, Emmanuel Tiando, et certains cadres du Cabinet présidentiel, sont passés le vendredi dernier, devant la Commission Budgétaire de l’Assemblée Nationale.

Selon les propos d’Emmanuel Tiando, au titre de l’exercice budgétaire 2014, le budget de la Présidence de la République s’établit à environ 6,7 milliards de francs CFA, avec une légère augmentation de 5,8% par rapport à l’année dernière. Toutefois, il précise : «Ce qui préoccupe le Président de la République, c’est comment faire pour qu’il y ait des investissements, pour soulager la souffrance des populations, et ensuite pour permettre la croissance économique. C’est pour ça que la Présidence de la République a décidé de faire des sacrifices, au profit des préoccupations majeures des populations». Le Secrétaire Général de la Présidence de la République a déclaré que certaines personnes ont laissé croire que le budget de la Présidence de la République serait de l’ordre de 12 milliards de francs. Et il dément… Tout en expliquant que ce sont les services rattachés qui ont un budget de 5 milliards (ajouté aux précédents 6,7 milliards). En ce qui concerne le tout nouveau ministère créé, celui chargé des OMD, Emmanuel Tiando a levé un coin de voile, en informant que «le budget du ministère des OMD n’est pas inclus dans celui de la Présidence. Nous n’allons pas l’inclure, parce que, c’est un ministère à part entière, et par conséquent, si cela a été fait, c’est parce que la formation de ce ministère est intervenue après qu’on ait envoyé le Budget à l’Assemblée Nationale. Mais, nous ne l’incluons pas dans le budget de la Présidence de la République». Enfin, il est important de préciser que, lors des travaux en Commission Budgétaire, les députés ont axé surtout leurs préoccupations autour de certaines structures rattachées à la Présidence de la République, et ont souhaité qu’à l’avenir, la Présidence de la République soit mieux lotie pour son fonctionnement, autrement dit, que le taux de consommation soit un peu plus élevé.