La Nouvelle Tribune

Les députés de l’UN bien aguerris pour “affronter” l’avant-dernier Budget de Yayi

Espace membre

Les participants aux Journées parlementaires de l’Union fait la Nation (UN) sont désormais outillés sur les grands axes du Budget Général de l’Etat gestion 2014. Autrement dit, de grands chantiers sont ouverts pour les députés de l’UN, au terme de ces trois jours de travail dont les participants ont été entretenus par des experts du Pnud, en fiscalité et autres, sous forme de panels.

La journée du samedi dernier a été marquée par la présentation de quatre communications suivies de longs et riches débats. L es communications qui ont le plus porté sur le Budget Général de l’Etat 2014, sont : «cadrage macroéconomique et pertinence des prévisions budgétaires 2014 et impact sur la production», présentée par M. Assogba, et «les mesures fiscales du Budget Général de l’Etat 2014 : quelles lectures ?», présentée par l’expert en fiscalité Bruno Houndolo. En ce qui concerne la communication sur le cadrage macroéconomique, le communicateur dira que le cadrage macroéconomique est la mise en cohérence des comptes économiques, pour assurer un équilibre macroéconomique compatible avec les Finances Publiques. Selon lui, l’outil officiel de cadrage au Bénin est le MOSARE. Il a abordé aussi les points saillants du cadrage macroéconomique du Budget Général de l’Etat 2014, avant de préciser que dans la plupart des pays, le Budget Général de l’Etat est souvent déficitaire. Pour ce qui est de la communication relative à la Fiscalité, l’expert Bruno Houndolo a relevé un certain nombre d’anomalies, à savoir les interactions entre le quotidien de chaque Béninois et le concentré qu’on met dans les dispositions fiscales. A cet effet, le communicateur a choisi deux exemples. Le premier concernant l’article 25 du Code Général des Impôts, qui va codifier à partir de l’année prochaine comment les dirigeants majoritaires des entreprises vont pouvoir déduire de leurs redevances les dépenses qu’ils effectuent pour leurs entreprises. Par contre pour les nouvelles dispositions, on veut plafonner les déductions à un certain pourcentage. Secundo, il a attiré l’attention sur l’argent qui sert aujourd’hui à équiper l’Ortb, car il y a de nouvelles dispositions qui organisent mieux ce que c’était, et les revenus de l’Ortb seront multipliés par 10, si c’était bien appliqué. Enfin, l’expert indépendant a parlé par rapport à l’IFU qui a été voté depuis 2010, mais on ne donne pas les moyens qu’il faut aux administrations qui doivent mettre en application les dispositions fiscales votées. Signalons qu’avant ces deux communications, un expert du Pnud, Janvier Alofa, a présenté une communication sur «l’évolution et les perspectives pour l’amélioration des OMD au Bénin : contribution du Pnud», où il a parlé du rôle et de la mission de l’institution qu’il représente, sans oublier l’appui qu’elle apporte au Parlement et à la Société Civile, et même directement aux populations à la base. La dernière communication de cette journée, présentée par Dr Paul Ayémona et monsieur Paul Dèhoumon, est consacrée au RAMU, à la gratuité de la césarienne, à la lutte contre le paludisme, avec les perspectives et les inquiétudes. Ces diverses communications ont été suivies de riches débats, où les participants ont posé des questions pertinentes qui ont trouvé également des réponses adéquates, à la satisfaction des responsables de l’UN.