La Nouvelle Tribune

Installation officielle

Espace membre


Houssou-Guèdè bloqué pendant quinze minutes au pupitre
Une semaine après son élection jusqu’ici controversée, Patrice Houssou Guèdè est désormais officiellement installé dans ses fonctions de maire de la commune d’Abomey-Calavi.

Il a prononcé hier après-midi les premiers mots de son discours d’installation quinze minutes environ après être monté au pupitre d’où il a finalement annoncé ses ambitions.

« (…) Où est Jules ? Montrez lui le lieu des branchements…, » se sont mis à crier hier, l’une après l’autre deux dames en service à la mairie d’Abomey-Calavi. Patrice Hounsou Guèdè, nouveau patron des lieux venait de monter dans le pupitre disposé afin d’y délivrer son discours solennel d’installation. Le test des micros donne un résultat négatif. Vêtu d’un costume d’une couleur gris-cendre sur une chemise au col Mao, le nouveau maire a reçu quelques minutes plus tôt de son prédécesseur,  tricolore. Les premières réactions font penser à un délestage. Confus et débout devant donc les micros sans son, le nouveau maire assiste par le regard aux diligences des personnes chargées de l’organisation de la cérémonie de son installation officielle. L’une d’elles revient quelques dix minutes après et s’écrie : « eh ! Il faut taper dans les micros car il y a le courant dans la salle ». Les micros sont toujours sans son et le maire débout attendant leur alimentation. Du coup, des sollicitudes lui viennent de partout dans la foule pour l’inviter à d’abord retourner d’asseoir. Mais il refuse gentiment. Alors, il exploite autrement le temps en échangeant avec la foule quelques gestes de courage en réponse à cette foule d’où lui venaient des paroles telles que, « tiens bon, n’aie pas peur ». Impatient, l’ancien maire, Liamidi Houénou de Dravo se lève de son fauteuil, s’écriant, « où est Aguiah ? Et Djelili ? Où est le groupe… » Ses questions étaient encore sans réponse quand finalement, au bout d’environ quinze minutes, le son revient dans les micros. Et le maire démarre son allocution. Mais ce sont les baffles qui jusqu’ici comme les micros d’ailleurs fonctionnaient bien, qui commencent par donner des bruits autres que la voix du maire Hounsou Guèdè. Confus, chacun se posait encore des questions sur ce qui s’est réellement passé pendant ce quart d’heure lorsque le maître de cérémonie, traversant la foule des journalistes reporters, lance, « c’est un sabotage mais nous sommes tous ici à Calavi et nous verrons ».

Maire pour combattre la mafia domaniale !
Entre autres défis, le nouveau maire de la ville d’Abomey-Calavi annonce la relance  sans délai des lotissements sur toute l’étendue du territoire de la commune. Car, observe-t-il, « le foncier, une question nationale pour ainsi dire, mais récurrente dans le sud Bénin. Et Abomey-Calavi rayonne piteusement dans ce domaine ». Pour ce faire, le maire Hounsou Guèdè implore déjà la complicité du pouvoir central dont il remercie par ailleurs le chef, le président Boni Yayi et sa principale force politique, les Fcbe, qui ont compris, a-t-il souligné, revenant sur les conditions de son élection, « qu’en politique, il faut toujours faire l’addition et la multiplication mais jamais la soustraction et la division ». Plusieurs personnalités politiques au nombre desquelles, le secrétaire général du gouvernement, Victor Topanou représentant personnellement le président de la République, d’anciens et actuels députés proches de la mouvance, des rois et têtes couronnées et une importante foule de citoyens d’Abomey-Calavi ont pris part ce mardi à la cérémonie d’installation officielle du nouveau maire.


Les conseillers Rb absents à la cérémonie
Continuant de contester la régularité de l’installation du conseil communal et de l’élection du maire d’Abomey-Calavi, les élus Rb et leurs alliés de l’alliance « Le réveil » ont manqué hier le rendez-vous de la cérémonie d’installation. Ce qui ne surprend guère. Car pour la Renaissance du Bénin, ses militants et ses élus du conseil communal d’Abomey-Calavi, le maire Hounsou Guèdè est élu dans le cadre d’un hold up organisé par le parti Etat Fcbe. Ayant saisi, les juridictions qu’ils jugent compétentes pour connaître de leurs constats d’irrégularité, les conseillers Rb et leurs alliés de l’Ar n’entendent apporter d’aucune manière leur caution à un acte quelconque d’un conseil « mal installé ». Intervenu au nom de ses pairs du conseil national des rois du Bénin, le roi de la région de Kika a invité le nouveau maire « à tendre la main à tous ceux qui n’étaient là ».                              

Ludovic D. Guédénon