La Nouvelle Tribune

Bénin : Komi Koutché échange avec les associations des consommateurs de Tic

Espace membre

Le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication (Tic), Komi Koutché, a tenu dans la soirée de ce mardi 24 octobre, une séance de prise de contact avec les représentants des associations de consommateurs de Tic. C’était dans la Salle de Presse de son cabinet. Compte rendu.

Un peu plus de deux mois après son arrivée à la tête du ministère de la Communication, des Technologies de l’Information et de la Communication (Mctic) Komi Koutché tend toujours la main, pour une gouvernance concertée, aux différents acteurs sous sa tutelle. Le ministre continue la tournée de prise de contact avec les différents acteurs de son département. Tournée qu’il a entamé moins d’une semaine après sa prise de fonction. Mardi 22 octobre dernier, c’était le tour des représentants des associations des consommateurs de Tic d’être reçus par le ministre. La séance de prise de contact entre les deux parties, s’est tenue à la Salle de Presse du ministère de la Communication. Au nombre de huit, ces associations de consommateurs des Tic sont regroupées en une plate-forme dénommée  l’Acp-Atrtp. Cette rencontre a été une occasion pour elles de faire savoir au ministre de tutelle les difficultés que vivent les consommateurs. Ces difficultés sont dues à la mauvaise qualité de certains services offerts par les opérateurs du secteur. Ces difficultés tournent également autour de la mauvaise qualité de l’Internet, la faible promotion des droits des consommateurs et la faible application des Lois de la République dans le secteur. «L’Internet au Bénin  est aussi chétif que les enfants de la Somalie, en dépit du passage dans le pays de la fibre optique», s’est indigné Robin Accrombessi, porte-parole de la plate-forme.

Le Ministre Koutché, lui, veut de cette rencontre, une séance d’échange sur les préoccupations réelles des clients. Et de «voir si  la déclaration d’intention des opérateurs, sont de nature à satisfaire nos désidératas.» Il pense qu’il s’agit d’une séance entre consommateurs, car il en est lui-même un. «Le fournisseur ne peut être fournisseur sans le client. Le client ne peut être aussi client sans le fournisseur. Il faut alors voir comment cette complémentarité peut profiter aux deux parties», a-t-il indiqué. Avant d’annoncer la mise sur pieds d’un Cadre de concertation regroupant le gouvernement, à travers son ministère, les opérateurs, les associations de consommateurs et l’Atrpt (Autorité Transitoire de Régulation des Postes et Télécommunications). Ce Cadre de concertation qui tiendra bientôt une rencontre, en novembre.