La Nouvelle Tribune

Le Front citoyen apporte son soutien à Jacques Ayadji et au Syntra-Ttp

Espace membre

Des pressions hiérarchiques, tentatives d’intimidation et acharnements de toutes sortes. Voilà le cocktail infect auquel Jacques Ayadji, premier Secrétaire général adjoint du Syndicat national des travailleurs de l’Administration des transports et des travaux publics (Syntra-Ttp), est désormais soumis.

En effet, l’homme semble être dans l’œil du cyclone, depuis sa lettre adressée aux députés, leur demandant de ne pas ratifier  le projet de Loi portant autorisation de ratification de l’Accord de prêt entre la République du Bénin et Eximbank de Chine, dans le cadre du financement partiel du lot 3  du projet de réhabilitation de la route Akassato-Bohicon. Dénonçant une telle pratique qui se développe et s’entretient au sein de l’administration béninoise, le Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques a apporté son soutien à Jacques Ayadji et au Syntra-Ttp. C’est à travers une déclaration signée par son président, Antoine Détchénou.

FRONT CITOYEN POUR LA SAUVEGARDE DES ACQUIS DEMOCRATIQUES : Déclaration à  propos de la lettre ouverte du Syndicat des Transports et Travaux Publics

Par une Lettre Ouverte, n l00/BEN/Syntra-TTP SG/SA du 08 Octobre 2013, le Syndicat National des Travailleurs de l'Administration des Transports et des Travaux Publics (Syntra-TTP) a adressé à l'Assemblée Nationale une requête sous la signature du 1er Secrétaire Général Adjoint dudit syndicat, Monsieur Jacques Ayadji. En s'adressant ainsi aux Députés, Représentants du Peuple, le Syndicat demandait instamment à la Représentation Nationale de ne pas se laisser abuser par un projet plein d'embûches et donc de ne pas le ratifier en l'état. Acte citoyen digne d'éloges, cette lettre est l'expression d'un courage certain et d'une grande clairvoyance et visait à sauver notre pays d'un nouveau pillage. Mais depuis la publication de cette lettre, les foudres du pouvoir politique en place se sont déchaînées contre celui qui, aux yeux des autorités établies, est l'auteur solitaire de la lettre, Monsieur Jacques Ayadji, t= Secrétaire Général Adjoint du Syndicat. Une demande d'explication lui a été adressée par sa hiérarchie administrative, et ce, par une procédure inhabituelle en la matière, au mépris des règles administratives consacrées par l'usage. En effet Monsieur Ayadji a pris connaissance de cette demande d'explication par une voie inédite, par face book, nouvelle trouvaille de notre administration, expression de mépris et qui démontre s'il en était encore besoin jusqu'où les arrivistes de l'heure en sont arrivés dans leur désinvolture à l'égard des agents de l'Etat placés sous leurs ordres. Monsieur Jacques Ayadji a, dans une lettre admirable tant dans sa forme que dans son fond, réfuté les accusations dont il est l'objet.

Le Bureau National du Syntra-TTP a, quant à lui, dans une déclaration rendue publique, affirmé que la lettre incriminée est l'œuvre entière du bureau et non celle d'un homme solitaire.

C’est fort de tous ces éléments d'information en sa possession que le Front Citoyen apporte tout son soutien au combat engagé par le Syntra-TTP.

En effet, depuis sa création, le Front Citoyen, de concert avec les autres forces d'éveil, n'a cessé de sonner l'alarme sur l'accablante chaîne de vaudevilles( répétition fréquente et réédition constante qui frisent, en vérité, le tragique), dont la dernière consiste à pourchasser sur les « réseaux sociaux» un responsable syndical qui a usé de son simple droit syndical en dénonçant une fraude monumentale commise consciemment par le gouvernement sur un projet routier dont le préjudice pour le peuple béninois se chiffre à des dizaines de milliards de Frans CFA.

Le Front demande que soient punies sans complaisance toutes les personnes impliquées dans cette inacceptable atteinte au droit syndical et aux droits des citoyens. Il demande également la démission immédiate et sans conditions du Ministre chargé des Travaux Publics, cet homme qui a déjà bâti sa carrière politique sur des structures de mort que sont le mensonge, la calomnie et la médisance, qui tuent moralement l'adversaire.

Le Front en appelle à la vigilance de tous les citoyens et à la responsabilité de toutes les Institutions de la République pour prendre la pleine et entière mesure d'actes qui véhiculent des contre-valeurs nuisibles à notre Fonction Publique.

Le Front recommande instamment à tous les responsables du bureau syndical du Syntra - TTP de ne pas céder aux tentatives de corruption, aux pressions de toutes sortes qui visent à déstabiliser leur syndicat. C'est leur union qui fera leur force et contraindra les autorités en mal de sanctions de reculer et permettre ainsi le triomphe de la vérité.

Dans les circonstances actuelles, l'unité, le courage sont les seuls garants du triomphe et peuvent permettre de venir à bout d'un pouvoir monarchique, ivre et fou qui s'acharne à ravir au Peuple les derniers lambeaux de nos droits de citoyens.

Fait à Cotonou,

le 19 Octobre 2013.

Le Président du Front

Antoine Robert DETCHENOU