La Nouvelle Tribune

Bénin : le gouvernement appuie les étudiants handicapés sans allocations

Espace membre

Depuis cinq ans, le gouvernement béninois, à travers le ministère de la Famille, apporte un soutien financier aux étudiants handicapés non-bénéficiaires des allocations universitaires. Hier 10 octobre, le gouvernement a, une fois encore, renouvelé cet appui à l’endroit des bénéficiaires. C’était à la faveur d’une cérémonie qui s’est déroulée au restaurant Bid de l’Université d’Abomey-Calavi. 

Environ 146 étudiants handicapés ont bénéficié, pour le compte de cette année universitaire, du soutien financier du gouvernement béninois. Chaque étudiant concerné a reçu, comme les années antérieures, une somme de cent mille (100.000) F Cfa. Cet appui financier prend seulement en compte les étudiants handicapés n’ayant bénéficié ni du secours, ni de la bourse universitaire. Cette somme vient ainsi les aider à affronter les besoins qui s’imposent à eux au cours de l’année académique. La cérémonie consacrée hier à la remise symbolique des enveloppes aux bénéficiaires, a connu la présence d’une délégation du ministère de la Famille, de la Solidarité nationale et des Handicapés, avec à sa tête la ministre Marie-Laurence Sranon, des autorités du Centres des Œuvres Universitaires et Sociales (Cous) et des responsables étudiants.

Au cours de ladite cérémonie, la ministre de la Famille a rappelé l’importance de cet appui, à travers lequel, le Gouvernement, dans un élan de solidarité, accompagne les étudiants handicapés non-bénéficiaires des allocations universitaires. Pour soulager, un tant soit peu, les peines de ces derniers. «Ce n’est pas beaucoup. Mais ceci est notre pierre à l’édifice», a laissé entendre la ministre, avant de faire la remise symbolique.

Heureux de ce geste renouvelé, les bénéficiaires réunis au sein de l’Association des élèves et étudiants handicapés du Bénin, ont, par la voix de Eric d’Almeida, Président de ladite association, remercié le Gouvernement béninois pour cet appui fait à leur endroit. Avant de soumettre aux autorités, plusieurs préoccupations visant à l’amélioration de leurs conditions d’étude. Au nombre de ces dernières, on peut noter, entre autres, l’insertion des handicapés dans la Fonction Publique, et la hausse de l’aide financière.

Le gouvernement, à travers la ministre de la Famille, a pris note desdites préoccupations. Mais, en attendant leur réalisation, l’assistance s’est retirée dans l’espoir d’une continuité de cette initiative.