La Nouvelle Tribune

Révision de la Constitution : Candide Azannaï donne les trois conditions sine qua non de la réforme

Espace membre

Au cours de la soirée politique qui s’est tenue, au siège de la Fondation Friedrich Ebert, ce vendredi 04 octobre, autour des questions relatives à la révision de la Constitution, certains participants ont donné leur point de vue sur la question. S’il y a une intervention qui a réussi à arracher un tonnerre d’applaudissements à la foule présente, c’est bien sûr celle du député Candide Azannai.

Celui-ci, à travers une envolée lyrique, a tenu à rappeler qu’une révision sérieuse de la Constitution doit aujourd’hui respecter trois conditions fondamentales. Il s’agit : d’une opportunité sérieuse de révision ; d’une procédure régulière, et enfin d’un consensus national.

«Toute révision qui ignore ces principes, est une confiscation de pouvoir», a déclaré le député, avant de faire savoir que le projet de révision de la Constitution, telle que proposé par le Chef de l’Etat, renferme dans son contenu deux pièges. Il s’agit, selon lui, de l’affaissement des institutions, et la promotion de la dictature de développement.

«Cette révision ne marchera pas au Bénin, ni numériquement au Parlement, ni au sein du Peuple», a-t-il conclu.