La Nouvelle Tribune

Nouveaux groupes parlementaires

Espace membre

Un grand bouleversement  en vue à l’Assemblée nationale
De nouveaux groupes parlementaires dont celui annoncé du G13 verront bientôt le jour à l’hémicycle à Porto-Novo. Cette nouvelle révolution cache plusieurs implications.

La configuration actuelle de l’Assemblée nationale connaîtra sous peu de grands bouleversements. A l’ouverture de la prochaine session, des députés projettent de se constituer en de nouveaux groupes parlementaires. En dehors des députés du G13 qui ont déjà porté à la connaissance de l’opinion, leur intention de se retrouver au sein d’un même groupe parlementaire dénommé «G13 », il y a, à en croire certaines indiscrétions, leurs collègues des Forces Clé qui ambitionneraient aussi de changer de groupe parlementaire. Ces mutations annoncées portent en elles des implications politiques plutôt redoutables pour la majorité présidentielle. Et pour cause ! Trois (03)  des cinq (05) groupes parlementaires Fcbe au sein desquels évoluent jusqu’ici les députés G13, disparaîtront dès la constitution du groupe parlementaire G13 que présidera l’honorable Issa Salifou. Ensuite, un quatrième groupe parlementaire Fcbe, celui que préside actuellement l’honorable Denis Oba Chabi pourrait également voler en éclats. Car, les quatre (04) députés des Forces clé, membres de ce groupe parlementaire Fcbe prévoient selon leur entourage, de changer de groupe parlementaire.

Choc d’appétits en vue aux Fcbe
La reconstitution en de nouveaux groupes parlementaires qui est ainsi imposée aux députés Fcbe pourrait être source de nouvelles rivalités  en leur sein. Selon des bruits qui courent depuis le décès du président de l’un de leurs cinq (05) groupes parlementaires, de nouveaux appétits s’aiguisent déjà pour la succession de celui-ci. Alors qu’adviendra-t-il quand il s’agira de constituer carrément de nouveaux groupes parlementaires Fcbe à la tête desquels il faudra élire de nouveaux présidents ? D’anciens ministres et de présumés partisans des premières heures du changement actuellement sans responsabilités au sein du parlement s’organiseraient déjà pour saisir la balle au bond.

Ludovic D. Guédénon