La Nouvelle Tribune

Maire d’Abomey-Calavi

Espace membre

Houssou Guèdè va-t-il rester fidèle à son discours de campagne ?
Très tranché dans son discours de campagne électorale contre le régime Boni Yayi qui finalement l’a fait maire de la Commune d’Abomey-Calavi, M. Patrice Houssou Guèdè doit maintenant clarifier sa nouvelle position à ses électeurs.

Au sein des populations de la ville d’Abomey-Calavi, Patrice Houssou Guèdè, nouveau maire est toujours perçu comme un opposant au pouvoir en place. Et pour cause ! « Tant son discours pendant la campagne électorale pour les élections municipales, communales et locales des 20 avril et 1er mai derniers était acerbe contre le gouvernement du président Boni Yayi », témoignent encore plusieurs ménages qu’il a visités à l’occasion dans divers quartiers à Abomey-Calavi. Au cours de cette campagne électorale donc, l’ancien patron du service des renseignements du général Mathieu Kérékou avait sous la bannière de la liste Rdc-Miffon tenu un discours très hostile au pouvoir. Selon certains de ses admirateurs qui se souviennent encore de la verve avec laquelle il les entretenait, lors de ses meetings et déplacements en porte à porte, sur les déboires et autres erreurs du gouvernement du changement, cette position du désormais  nouveau maire de la ville d’Abomey-Calavi ne surprenait guère. Car, ses accointances supposées avec le principal leader de l’opposition au régime Yayi avaient été citées parmi les raisons  présumées de son divorce avec son ex patron, le général Kérékou, quelques mois avant la fin de son deuxième et dernier mandat.
L’une des premières équations que devrait résoudre le nouveau maire de la ville d’Abomey-Calavi réside selon beaucoup d’observateurs dans la clarification du contexte de son alliance avec   le régime du changement. Pour avoir été finalement fait maire avec la complicité d’un régime contre qui il avait mobilisé les militants du Rdc-Miffon et ses électeurs lors de la campagne électorale, M. Houssou Guèdè doit donc préciser s’il abandonne son discours d’opposition ou si son élection  procède d’un simple coup de circonstance. Cette clarification semble nécessaire pour que les populations qui, l’ont élu conseiller communal sur la base de son discours d’opposant, sachent si son mandat de maire, au regard des conditions dans lesquelles il l’a obtenu, sera ou non sous le signe de ce discours de base.

 Ludovic D. Guédénon