La Nouvelle Tribune

Conflit entre éleveurs et agriculteurs béninois : les éleveurs demandent l’arbitrage du Président Nago

Espace membre

Les conflits souvent meurtriers, entre les éleveurs et les agriculteurs béninois, sont monnaie courante, et cette situation perdure dans plusieurs localités du pays. C’est pour remédier à cette situation et trouver des portes de sortie, que  l’Association des organisations professionnelles d’éleveurs de ruminants du Bénin (ANOPER-BENIN), conduite par son président, El hadj Aboubacar Tidjani, a été reçue en audience hier au cabinet du Président de l’Assemblée Nationale.

Au terme de leur entretien avec le Président Mathurin Nago, le président de l’Anoper-Bénin a confié à la Presse la substance des échanges. Selon lui, les  échanges ont porté sur la transhumance et les tracasseries que les éleveurs rencontrent.  Toutes choses qui ont conduit nombre d’entre eux à quitter le Bénin pour le Ghana, le Nigéria et le Togo.

El hadj Aboubacar Tidjani plaide donc pour que les pouvoirs publics réagissent pour arrêter cette situation, car autant l’éleveur a besoin de l’agriculteur, autant ce dernier a besoin de l’éleveur. Il dénonce aussi l’Etat béninois qui, depuis dix (10) ans, ne recrute plus dans le secteur de l’élevage, alors que sans encadrement, les problèmes qui se posent ne peuvent être réglés. Le Président Nago, selon ses propos, s’est dit disponible à s’impliquer dans ce dossier, pour sa résolution.

Les membres du Collectif des pharmaciens ayant reçu notification de site sur la nouvelle carte pharmaceutique, depuis un an, mais qui n’ont pas eu l’autorisation qu’il faut pour s’installer, ont été également reçus par la deuxième personnalité de l’Etat.  Selon Rémi Ahouloukpè, président de ce collectif, cette situation découle d’une mésentente entre le ministère de la Santé et l’Ordre des Pharmaciens. Aussi plaide t-il pour que le Président de l’Assemblée Nationale joue de son influence auprès du Gouvernement et du chef de l’Etat, pour qu’une solution soit enfin trouvée à leur problème.