La Nouvelle Tribune

Budget 2009 de l'Assemblée

Espace membre


Menaces sur l’examen du projet de budget 2009 :L’examen du projet de budget exercice 2009 de l’institution parlementaire en pleine préparation risque de subir quelques désagréments suite à la crise persistante qui secoue l’Assemblée nationale.

Le blocage de l’étude de la proposition de résolution relative à la mise sur pied d’une commission d’enquête pour contrôler les activités et la gestion du président Mathurin Nago serait l’une des causes probables des remous qui s’enregistrent depuis quelques jours au palais des gouverneurs et plus précisément au sein des députés de l’opposition parlementaire. Suite à une rencontre tenue par certains des leurs à Porto-novo, des sources proches de certains députés de ce groupe opposé au président de l’Assemblée nationale, il serait retenu qu les députés du G4, G13 et de Force Clé handicapent le processus devant aboutir  au vote du projet de budget 2009 de l’Assemblée nationale. Les quelques raisons évoquées seraient toujours la volonté du président Mathurin Nago de bloquer l’examen de la proposition de résolution introduite contre lui. D’autres part, ils évoqueraient aussi la non installation du reste des conseils communaux qui malgré le tapage fait par les députés protestataires, le gouvernement est resté obstinément crampé à sa position. On se rappelle que lors de la dernière séance plénière qui a consacré la clôture de la 6è session extraordinaire, le président de l’Assemblée nationale avait promis que cette proposition de résolution sera examiné mais que son calendrier d’activités parlementaires très chargé risque de prolonger davantage cette programmation. La 7è session extraordinaire demandée par les députés signataires tarde toujours à être programmée. Une situation qui susciterait déjà beaucoup de polémiques au sein des députés du G4, G13 et Force Clé. Puisque à en croire des sources proches de ces groupes, d’autres députés ne seraient pas d’avis de boycotter l’examen en préparation de ce projet de budget de leur institution. Toutefois, il faut remarquer que des risques de perturbations planent sur l’examen de ce budget et on se demande ce qui adviendra
lors de la prochaine séance plénière au palais des gouverneurs.

Ismail Kèko