La Nouvelle Tribune

Allocution de Moukaram Badarou, nouveau préfet de l'Ouémé - Plateau

Espace membre

Excellence Monsieur le Ministre d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes, Préfet des Départements de l’Ouémé et du Plateau sortant, Mesdames et Messieurs les Ministres, Honorables Députés à l’Assemblée nationale, Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture des Départements de l’Ouémé et du Plateau,

Messieurs les chargés de mission de la préfecture des Départements de Ouémé et du Plateau, Messieurs les Maires des Communes de l’Ouémé et du Plateau, Messieurs les Conseillers municipaux, communaux et locaux, Mesdames et Messieurs de la sécurité, Mesdames et Messieurs les membres de la Conférence administrative départementale, Eminence Karim Urbain da Silva, Président du Comité des Sages, Notables et Cadres de la ville de Porto-Novo, Vénérés, têtes couronnées, chefs religieux et gardiens des traditions multiséculaires des Départements de l’Ouémé et du Plateau, Respectés Sages et Notables de la ville de Porto-Novo,  Autorités administratives et politiques à divers niveaux des Départements de l’Ouémé et du Plateau, Mesdames et Messieurs les cadres et agents de la Préfecture de Porto-Novo, Distingués invités, Mesdames et Messieurs en vos rangs et grades respectifs,

Avant tout propos, louez avec moi ALLAH, le TRES HAUT, le TOUT PUISSANT, le MISERICORDIEUX, l'omniprésent, l’omnipotent et l’omniscient vers qui doivent monter, droits, mes premiers mots, pour avoir permis ma nomination à cet important poste de commandement de la République du BENIN en qualité de Préfet des Départements de l'Ouémé et du Plateau.

Mes remerciements les plus sincères vont vers le Président de la République, Chef de l’Etat et Chef du gouvernement, le Docteur Thomas Boni YAYI qui, par cet acte de haute portée politique, continue de démontrer la conviction selon laquelle il faut faire confiance à la jeunesse, car elle est le fer de lance du développement de la Nation. Par cet acte, disais-je, il a fait le choix de l'avenir. Et l’avenir, c’est bien aujourd’hui qu’il faut le préparer.

Ma reconnaissance va à l’endroit de mes géniteurs qui ne sont plus de ce bas monde, feu Waïdi BADAROU et feue Woussamath ADEDJOUMA, eux qui ont forgé en moi la Conscience Citoyenne à travers une éducation rigoureuse et  respectueuse de la chose publique.

Enfin, ma gratitude à l’endroit de ma chère épouse Salimath et à nos enfants qui, je dois l’avouer, souffrent constamment de mes absences répétées et des vicissitudes de mon engagement politique.

Avant de poursuivre, je tiens également à saluer respectueusement des figures importantes de la politique béninoise qui m’ont fait l’honneur de leur présence ici ce jour. Je ne voudrais pas les nommer pour ne pas faire des frustrés. 

Je remercie les militantes et militants du Parti Conscience Citoyenne ainsi que ceux des Partis de la majorité présidentielle venus très nombreux dans cette préfecture qui, plus que jamais, mérite d’être appelée la « Maison des Départements de l’OUEME-PLATEAU». Cette présence nombreuse est une nouvelle preuve  que la politique intéresse toujours nos compatriotes, pourvue qu’elle soit menée en tenant compte de leurs préoccupations et contribue concrètement à leur bonheur. 

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Préfet sortant, cher grand frère et ami ! J'avoue humblement que je vous ai toujours admiré aux commandes de nos deux Départements. Quand on suit les spécificités de cette entité géographique de notre pays, l'on ne peut s'empêcher de vous féliciter pour le travail abattu. Votre dextérité et votre dévouement au travail ont maintenu le calme et la quiétude dans le rang de nos braves populations. La rançon n'a pas tardé à tomber. Le sérieux et l'excellence dans le devoir vous ont  valu votre nomination au gouvernement en qualité de Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes. Je vous souhaite bon vent à cet important et sensible poste de la République. « A bon vin, point d’enseigne ». Tandis que le devoir vous appelle ailleurs, il m’envoie poursuivre votre œuvre dont l’immensité de la tâche ne m'effraie guerre. Je m'efforcerai de tresser la nouvelle corde à l'ancienne en mettant mes pas dans les vôtres. Ne me fermez pas la porte de vos conseils lorsque j’en aurai besoin quoiqu’il va sans dire que j’imprimerai ma marque sur la gouvernance de l'administration territoriale de nos deux Départements.

La mission à la tête des Départements de l’Ouémé et du Plateau constitue pour nous un long voyage sur le chemin du développement. Ce voyage n’aura pas de fin tant que nos concitoyennes et concitoyens ne se sentiront pas en sécurité en tout temps et tout en lieu dans toutes les localités de ces deux Départements désormais à notre charge. Notre voyage n’aura pas de fin tant que sur le territoire des Départements de l’OUEME-PLATEAU, la circulation des biens et des personnes ne serait entièrement sécurisée par nos services. Notre voyage n’aura pas de fin tant que nous n'aurons pas trouvé une meilleure façon de mettre effectivement toutes nos populations au travail pour booster l’économie locale, gage de développement sûr et de bien-être desdites populations.

Notre voyage n’aura pas de fin tant que toutes nos infrastructures ne seraient pas construites ou consolidées. A cet effet, j’en appelle à de meilleurs programmes de développement des différentes Communes des  Départements de l’Ouémé et du Plateau. Notre voyage n’aura pas de fin tant que nous n’aurions pas réussi à rétablir dans nos deux Départements les valeurs morales, éthiques et sociales. Notre voyage n’aura pas de fin dans les deux Départements tant qu’on n’aura pas réussi à aider à faire aboutir les réformes courageuses engagées par le Chef de l’Etat et son gouvernement. Ce voyage, nous le ferons ensemble. Nous ferons ce voyage en prenant des dispositions idoines avec toutes les structures décentralisées et, en particulier, avec les Maires des différentes Communes des deux Départements que d’ailleurs, nous connaissons bien, pour avoir eu des occasions de travailler ensemble. C’est donc là un atout majeur, que nous devons dès à présent, capitaliser et faire bénéficier  nos populations.

Vous pouvez compter sur ma détermination à conduire résolument avec vous la politique de développement que notre pays s’est donnée à travers le programme d’actions du Gouvernement et les ambitions que nourrit le Président de la République pour notre peuple.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Pour nous, c’est urgent d’aller au travail en nous demandant, tous, ce que nous pouvons réaliser pour faire avancer nos deux Départements et notre pays.  

Pour nous, la clé de la réussite réside dans notre capacité à nous rassembler, à nous mobiliser pour bâtir un nouveau « vouloir vivre ensemble ». C’est pourquoi je mettrai au cœur de ma politique de gestion : l’homme sans qui rien de bon et de durable n’est faisable. Pour autant, j’attacherai du prix à la discipline et au respect de l’autorité.

Pour nous, la diversité ethnique, culturelle, religieuse et sociale de nos deux Départements est une richesse que la fragilité intrinsèque des sociétés métissées nous commande de préserver à tout prix en veillant à ce que toutes nos composantes aient droit à la parole et soient représentées. 

Pour nous, l’entreprise doit contribuer au mieux être du travailleur. C’est pourquoi, nous travaillerons à renforcer le secteur privé pour une plus grande production de richesse et donc de créations d’emplois, gage de développement durable.

 Pour nous, il y a une société à bâtir autour d’un intérêt général qui supplante et surplombe tous les intérêts particuliers. 

Pour nous, la diaspora béninoise, et celle de l’Ouémé et du Plateau en particulier, doivent jouer leur partition dans le développement national. Elles  peuvent compter sur nous.

Nous ferons preuve de courage et de rigueur pour résoudre les différends d’où qu’ils viennent. Les Départements de l’Ouémé-Plateau doivent redevenir la pierre angulaire du développement de ce pays et nous  y travaillerons.

La mission, mesdames et messieurs, est commune. Elle a besoin, à cet effet, d’une bonne et franche collaboration des cadres et agents à tous les niveaux de l’administration préfectorale. C’est mon souhait profond pour la réussite de cette noble mission que je veux vraiment commune. Alors, mon vœu le plus cher est que nous travaillions en symbiose comme un corps humain pour faire avancer les Départements de l’Ouémé et du Plateau afin de contribuer efficacement au développement de notre cher et beau pays, le Bénin.

Je ne termine pas mes propos sans signifier, à nouveau, mes remerciements au Chef de l’Etat pour avoir placé sa confiance en ma modeste personne. Je la mériterai.

Vive les Départements de l’Ouémé et du Plateau
Vive le Bénin
Je vous remercie