La Nouvelle Tribune

Boni Yayi doit des excuses aux Béninois (Maurice Chabi et Serge Prince Agbodjan)

Espace membre

L’émission "Cartes sur table" de ce dimanche, a eu pour invités, le journaliste Chabi Maurice et le juriste Serge Prince Agbodjan. Les deux ont apprécié le nouveau gouvernement et ont émis des suggestions pour faire revenir la paix sociale au Bénin. Boni Yayi peut encore faire renaitre la parfaite harmonie qui existait entre lui et le peuple béninois, il y a sept ans.

Il lui faut simplement présenter des excuses aux Béninois, pour tous les dommages  à eux causés par les différents scandales ainsi que les promesses manquées. Ainsi, il pourra terminer le reste de son mandat en beauté. Au cas contraire, il risque de laisser dans l’histoire du Bénin, une image déteinte. C’est l’avis des deux invités, Maurice Chabi et Serge Prince Agbodjan, de l’émission "Cartes sur table" de ce dimanche 18 août.

Pour ces derniers, la crise de confiance a atteint son paroxysme entre le Président de la République, Boni Yayi, et le peuple béninois. Conséquence, la tension sociale ne cesse d’augmenter. Et pour restaurer cette confiance, «il faut que Boni Yayi présente ses excuses au peuple béninois qu’il a offensé, et que  la Cour Constitutionnelle a, même, reconnu», suggère le confrère Maurice Chabi au Président de la République. Cette opinion, Serge Prince Agbodjan la partage et la renchérit d’ailleurs : «la veille du 1er Août dernier, était l’occasion qu’il devrait saisir pour le faire, et repartir sur de bonnes bases pour le reste de son mandat». Conscient que tout n’est pas encore perdu, les deux invités pensent que Boni Yayi peut toujours se rattraper.

Entre autres sujets abordés au cours de l’émission, l’appréciation du nouveau gouvernement. Selon Maurice Chabi,  ce dont le Bénin souffre n’était pas son gouvernement. «Ainsi, c’est un mauvais remède que de changer de gouvernement»,  et donc, tout porte à croire que Boni Yayi vient d’aggraver les choses. Car, «on a l’impression que c’est au premier Conseil des ministres qu’il a découvert certains des nouveaux ministres», affirme Serge Prince Agbodjan qui avoue avoir surpris des ministres qui s’interrogeaient sur leur mission, parce que ne détenant pas des aptitudes liées à leur portefeuille.