La Nouvelle Tribune

A peine rendu opérationnel : le Ramu déjà un instrument de propagande politique

Espace membre

Comme le programme des microcrédits aux plus pauvres, au cours du premier mandat du Président Boni Yayi, le Régime d’Assurance Maladie Universelle (Ramu) est en bonne voie pour devenir un instrument de propagande politique.

Rappelons que le Ramu est un dispositif de couverture universelle du risque maladie, initié par le gouvernement dans le but d’améliorer l’accès des populations béninoises aux soins de santé de qualité. Si l’on peut estimer qu’il s’agit là d’un effort considérable vers la couverture intégrale des couches les plus démunies, il n’en demeure pas moins que les velléités politiques du moment, sont en voie de galvauder les biens fondés de cet instrument, dans leur volonté d’en faire un objet de campagnes de toutes sortes.

Sinon comment comprendre que le Ramu, un mois seulement après son lancement, alors même que le dispositif n’a pas encore produit ses premiers bénéficiaires, fait déjà l’objet de promesses de gratuité à des couches cibles de la population. Des Zémidjans aux dockers, en passant par des groupements de femmes, pour ne citer que ceux-là, le Chef de l’Etat a déjà fait promettre du Ramu gratuit. Des promesses qui volent dans tous les sens, alors même que le commun des Béninois n’est pas encore correctement imprégné du véritable contenu de ce Ramu.

Il faut dire que les disciples de Boni Yayi ont, d’ores et déjà, repris en chœur le refrain Ramu. Au nombre de ceux-ci, nous pouvons citer le cas Dominique Tagbodji, Coordonnateur Fcbe de la commune de Sèmè-Podji. Au cours d’un rassemblement politique qu’il a organisé samedi dernier dans sa localité, afin de sensibiliser ses militants autour de la révision de la Constitution, l’homme n’a pas hésité à promettre une somme de Un million de francs CFA, qu’il mettra à la disposition des populations, afin de les aider à souscrire au Ramu. Une certaine façon de brandir le Ramu comme une forme de contrepartie à ceux-là qui ne marchanderont pas leur soutien au projet de révision de la Constitution.

Voilà comment le Ramu, qui est sensé contribuer à l’amélioration de l’accès des populations béninoises aux soins de santé de qualité, est en train de devenir, lentement mais sûrement, un instrument de propagande politique. Reste à savoir si cette récupération politique ne va pas tuer le programme dans l’œuf.