La Nouvelle Tribune

«Nos actions diplomatiques connaissent quelques faiblesses», dixit Mathurin Nago

Espace membre

Durant deux jours, les députés de la 6è législature, grâce à l’appui des experts de la Capan (Cellules d’analyses des politiques de développement de l’Assemblée Nationale), vont échanger au sein de l’hémicycle, autour du thème «Diplomatie parlementaire de l’Assemblée Nationale : genèse, bilan et perspectives».

Selon  le Président de l’Assemblée Nationale, Mathurin Nago, l’objectif de cette introduction est en fait de mettre tous les députés et tous les fonctionnaires parlementaires au même niveau d’informations, sur les relations que le parlement béninois entretient sur le plan international, et d’en tirer les grands enseignements. Il a abordé son intervention autour de trois axes essentiels.

En ce qui concerne le premier axe, le Président Mathurin Nago dira que ces journées de la Diplomatie parlementaire est un élément de motivation pour le futur, et pour une meilleure réalisation de nos relations extérieures. Selon ses propos, pendant longtemps, la conduite de la Diplomatie a été considérée comme une prérogative exclusive du pouvoir exécutif, mais avec le développement de la coopération interparlementaire et l’émergence de nouvelles démocraties dans les années 1990, la situation a profondément changé et les parlements, à l’instar d’autres acteurs institutionnels, sont désormais associées aux relations internationales de chaque Etat.

En ce qui concerne le second axe, il déclare que l’Assemblée Nationale du Bénin doit prendre toute sa part dans le mouvement planétaire de démocratisation et de marquer sa position sur la scène internationale. «Malgré cette performance indéniable qui sont à l’actif de notre parlement, nos actions diplomatiques connaissent quelques faiblesses qui méritent que nous nous retrouvions ensemble pour discuter dans un cadre comme celui de la présente rencontre», a-t-il déclaré, abordant le troisième axe de son intervention.

Il n’a pas manqué d’énumérer ces insuffisances à savoir, la faiblesse de l’encadrement juridique et institutionnel de la Diplomatie parlementaire, la forte politisation de la désignation des membres des parlements régionaux, le déficit d’informations et de communication du personnel et du parlement, sur les dossiers internationaux, l’insuffisance des crédits consacrées aux activités internationales, l’inexistence des groupes d’amitié des réseaux et des groupes interparlementaires, la très faible production des rapports d’audition, l’absence de députés dans les délégations gouvernementales, l’absence d’une véritable politique internationale de l’Assemblée Nationale. Enfin, Nago annonce que les députés vont procéder, à cet effet, au lancement officiel du processus de renouvellement, pour le compte de la 6è législature, des groupes interparlementaires d’amitié.

Il affirme que le parlement béninois a été contacté à plusieurs reprises, par les parlements chinois, allemand, cubain, et français, qui ont demandé de bien vouloir leur transmettre expressément la liste des membres des groupes interparlementaires d’amitié, en réaction à ce qu’ils ont réalisé chez eux. Le Président Nago a souhaité enfin de bonnes réflexions à ses collègues tout au long des échanges.