La Nouvelle Tribune

USA : Trayvon Martin le Mohamed Bouazizi américain ? (vidéo)

Espace membre

Tout est parti d'un fait divers quasi banal au pays des armes à feu et des assassinats quasi-fréquents : Trayvon Martin un jeune noir rentrant chez lui s'est fait tirer dessus par George Zimmerman, un autre citoyen de la ville.

Cela aurait pu en rester là et être simplement jugé comme la plupart des affaires de ce genre, si Trayvon n'avait pas été noir et George blanc. Dans le pays du haut lieu de l'esclavage, cela ne passe pas forcément bien. Cela passe encore moins bien quand , aux termes du procès, l'assassin de Trayvon est acquitté. Les vieux démons sont du coup réveillés et l'amérique bat depuis quelques heures aux rythmes des colères et des remontrances de la communauté noire, et de ses sympathisants. Certaines stars ont tenu à réagir à l'instar de Akon qui a tenu à exprimer sa colère via le réseau twitter : "tous les noirs américains aux USA devraient envoyer leur argent, leurs familles et leurs connaissances en Afrique", suivi de l'image d'une chaîne de télé annonçant le verdict. (voir tweet ci-dessous)

"Nous sommes là parce que nous sommes en colère et nous sommes inquiets. Et nous voulions le dire de façon pacifique, Nous avons tous les mêmes désirs, Je veux que mon fils puisse rentrer à la maison le soir".  s'écriait un manifestant hier pendant une marche qui a réuni des milliers de personnes à New York. 

La comparaison avec Mohamed Bouazizi, ce jeune tunisien qui par son immolation a déclenché les différents printemps arabes, est peut-être rapide, mais pas isolée. Les peuples en ont marre et le font comprendre depuis quelques années. Au Brésil, une petite décision d'augmentation des tickets de bus a déclenché des émeutes de plusieurs jours, en Turquie,  une décision d'aménagement d'un parc a secoué le pays de manière assez violente. Si une étincelle peut allumer un feu, les autorités judiciaires américaines devraient se méfier des étincelles en 2013. Surtout dans un pays, où les citoyens dits de couleur ont depuis longtemps remarqué, que la couleur d'un Chef d'Etat ne modifie par les moeurs. Situation à suivre donc de très près, même si aux dernières nouvelles, selon un site français, le département de la Justice américain a annoncé qu’il allait réétudier l’affaire pour déterminer si des poursuites au civil pouvaient être envisagées contre George Zimmerman