La Nouvelle Tribune

Polémiques à l'hémicycle

Espace membre

Débourou livre Nago aux députés
Le deuxième questeur de l’Assemblée nationale, Djibril Débourou, avait fait une révélation troublante. Sur une chaine de Télévision de la place, il a déclaré qu’une session extraordinaire coûte 200 milliards à l’Etat béninois. Cette information a suscité la réaction de plusieurs personnalités qui ont infirmé ses déclarations.

Même, l’ancien parlementaire, Barthélémy Kassa, proche de la mouvance, qui devrait le soutenir est allé dans le sens contraire.
Quelle leçon peut-on tirer de cette agitation politique de M. Débourou ? La réponse est simple à trouver. En voulant soulever le peuple contre les adversaires du pouvoir en place, il a livré le président de l’Assemblée nationale, Mathurin nago, aux députés. Maintenant, on comprend pourquoi la deuxième personnalité de l’Etat a peur de se faire contrôler. Si tout le monde sait qu’une session extraordinaire coûte au plus 30 millions, il y a de quoi s’interroger sur la gestion financière de M. Nago. Fait-il des coupes sombres dans la caisse du Parlement à des fins politiciennes que M. Débourou s’empresse de valider ? A partir de ce moment, il est urgent à toute la représentation nationale de voir clair dans ce dossier qui ressemble bien à un scandale financier à la représentation nationale, à une ère dite de changement. C’est dire qu’il y a nécessairement anguille sous roche quand les yayistes qui crient à la bonne gouvernance refusent de se faire contrôler. Dès lors, on doit se demander comment le président a trouvé les moyens pour faire la campagne aux dernières élections communales à Bopa ? La transparence dans la gestion de la chose publique l’oblige à accepter une proposition de résolution sur sa gestion. Ainsi, une commission d’enquête parlementaire doit être créée aux  trousses de Mathurin nago et de Djibril Débourou. C’est normal dans la mesure où à cause des questions politiciennes, parce que le premier questeur du Parlement, Sacca Fikara, peut ne plus être au courant de certaines réalités, puisque c’est le gouvernement qui débloque les fonds à la représentation nationale. Ceci vient donner de l’eau au moulin des G4, G13 et force-clé. Dans les jours à venir, on verra comment cette affaire Nago- Débourou sera traitée.


Jules Yaovi MAOUSSI