La Nouvelle Tribune

Crise à l'Assemblée

Espace membre

La crise qui secoue depuis quelques temps notre institution parlementaire n'a pas permis aux députés de jouer normalement leur rôle. Ce qui a conduit à un blocage systématique des activités parlementairesUne administration qui tourne désormais au ralenti, une situation de méfiance généralisée au sein de l'administration du fait que certains agents et cadres parlementaires sont tassés du G13 ou parfois proches de l'aile du président de l'Assemblée nationale, des sessions extraordinaires qui sont convoquées mais avec peu de dossiers étudiés. Pour preuve, la troisième session extraordinaire de l'année 2008 où plusieurs points sont inscrits à son ordre du jour mais malheureusement à 24 heures de la clôture de cette session extraordinaire, un seul point sur l'ensemble a été examiné, celui relatif à la poursuite de la désignation des représentants des Cea. Le point relatif à l'examen et l'audition du président de l'Assemblée nationale suite aux questions à lui adressées par 38 députés a été écourté puisque la séance plénière a tourné au vinaigre. Depuis lors, les autres points relatifs aux questions orales au gouvernement ne sont pas programmés, certainement à cause de la tension qui règne actuellement au sein du parlement. Ces questions sont relatives entre autres à la poursuite judiciaire contre le deuxième vice-président de l'Assemblée nationale Antoine Dayori, la gestion des fonds générés par l'escorte de véhicules d'occasion dans notre pays. Cette situation a suscité la réaction de certains députés en plénière qui ont réclamé à cor et à cri la convocation de cette plénière pour débattre de ces dossiers. Mais jusque là rien n'y fit et le bureau de l'institution parlementaire est resté camper sur sa position. Tous les députés attendent l'appel de ces dossiers en plénière. Aujourd'hui, nous sommes à 24 heures de la clôture de la troisième session extraordinaire et on se demande si le président Mathurin Nago finira par se plier à la requête de ces collègues pour l'examen de ces dossiers. Le parlement quoi qu'on le dise, vit aujourd'hui au ralenti puisque, un tour fait dans certains bureaux montre une baisse d'activités et de productivité. Certains agents prennent la peine de vaquer même à d'autres activités hors du parlement.

L'origine, la naissance du G13

La naissance du G13 serait-il le vrai handicap des activités parlementaires? Depuis que deux camps s'observent au parlement, chacun est sur sa garde. Aujourd'hui, le G13 avec ses alliés du parti du renouveau démocratique ( Prd), de l'Add et autres feraient t-il peur? Pour quelles raisons les activités au parlement semblent être bloquées? Pourquoi le président de l'Assemblée nationale Mathurin Nago et le bureau qu'il dirige, semble t-il protéger le gouvernement? Selon des sources parlementaires, des dossiers tels que celui de Antoine Dayori, celui de l'escorte, celui du refus de visa à l'honorable Célestine Adjanohoun, celui de Séfou Fagbohoun, appelés en plénière, risquent de révéler au grand jour la face cachée de l'iceberg. Ce qui pourra discrédibiliser le pouvoir exécutif et celui législatif, surtout en cette veille des élections communales qui constitue un, atout important pour le régime de Boni Yayi. Jusqu'à quand ce malaise va t-il se poursuivre au parlement? Quand connaîtra t-on un dénouement heureux de cette situation? Tout porte à croire que cette crise va perdurer jusqu'à l'organisation des prochaines élections communales puisque chaque camp est campé sur sa position. Des indiscrétions révèlent que cette tempête parlementaire conduira au rejet du rapport d'activités du président de l'Assemblée nationale à l'occasion de l'ouverture de la première session ordinaire de l'année 2008 de l'institution parlementaire.{mospagebreak}

Assemblée nationale

clôture demain de la 3è session extraordinaire sur fonds de tension

 

Ismail Kèko

 

Les députés clôturent demain leur 3è session extraordinaire de l'année 2008. Sur les cinq points inscrits à l'ordre du jour de cette session extraordinaire, un seul point a été véritablement examiné, celui relatif à la poursuite de la désignation des représentants des Cea. On se demande si le président de l'Assemblée nationale Mathurin Nago va convoquer une autre séance plénière avant le mardi prochain date de la clôture de cette session extraordinaire afin d'examiner le reste des points inscrits à l'ordre du jour. Le point relatif à l'examen et à l'audition du président de l'Assemblée nationale suite aux questions à lui adressées par 38 députés, a suscité de vives tensions au sein de l'hémicycle la semaine dernière, jusqu'à ce que le président Mathurin Nago a fini par lever la séance. Mais cette attitude du président de l'Assemblée nationale n'a pas plu aux signataires de ces questions qui promettent de revenir à la charge à la prochaine séance plénière. Jusqu'à présent les cadres de l'administration parlementaire et même les députés ne savent pas encore les conditions dans lesquelles cette clôture va se dérouler et sur quel ordre du jour la plénière sera convoquée. Ou bien à défaut, le président de l'Assemblée nationale procèdera simplement à la clôture de cette 3è session extraordinaire. Une situation qui occasionne déjà des rumeurs dans le rang des parlementaires. Probablement à cette allure, on risque d'assister à une autre vive tension au sein de l'hémicycle lors de séance de clôture de la session extraordinaire. Ce qui permet de confirmer que le parlement risque d'enregistrer une clôture de session sur fonds de tension si le président Mathurin Nago n'accèdait pas à la requête de ses collègues mécontents. 

Journée internationale de la femme au Memp

Christine Ouinsavi reçoit le soutien du personnel du ministère

A l'instar des autres pays du monde, le Bénin a commémoré les festivités marquant la journée internationale de la femme. C'est le cas du ministère de l'enseignement maternel et primaire ( Memp) qui a organisé ces festivités le samedi dernier dans l'enceinte dudit ministère. C'était en présence du ministre Christine Ouinsavi qui a tenu particulièrement à ne pas rater l'évènement, des membres de son cabinet, du représentant de l'Unicef. La porte-parole du personnel femme a remercié le chef de l'Etat pour toutes ses actions en faveur de la promotion de la femme. << Nous en prenons pour preuve la nomination d'une femme jeune et dynamique à la tête du ministère qui, grâce à l'ouverture d'esprit du chef de l'Etat a su parfaitement et harmonieusement concilier ses responsabilités politiques à celles d'une jeune maman>> a t-elle déclaré sous l'ovation de ses collègues femmes. Des doléances ont été faites pour l'amélioration de leurs conditions de travail. Clémence Fatokè, directrice de la promotion de la scolarisation, elle a rappelé que la journée du 08 mars a été institutionnalisée par les Nations Unies en 1977 pour entre autres, sensibiliser la communauté internationale sur la nécessité d'améliorer le statut socio-économique et juridique de la femme. Procédant à l'ouverture officielle de cette journée, le directeur adjoint de cabinet Albert Adagbé rappellera de long en large le contexte juridique de cette journée, la situation de la femme face à la pandémie du Vih/sida, l'importance de la scolarisation des filles.  << S'aurait été un grand regret pour moi si je n'étais pas présente à cette fête>> a déclaré le ministre Christine Ouinsavi après avoir remercié tout le personnel et le chef de l'Etat qui a toujours su faire la promotion de la gente féminine. Rappelons que le thème de cette année est << investir sur la fille et la femme>> mais les femmes du Memp ont décidé de réfléchir sur le thème << la féminisation de la pandémie du sida>>.

Sortie politique à dans la commune d’Avrankou

Moussa Okanla apporte son soutien pour le développement d'Atchoukpa

Les populations de l'arrondissement d'Atchoukpa dans la commune d'Avrankou, hommes, femmes, jeunes, élèves et étudiants ont envahi pour la circonstance la cour du Ceg d’Atchoukpa pour remercier le ministre des affaires étrangères Moussa Okanla, natif de la localité, qui a jugé nécessaire de les rencontrer pour écouter leurs doléances. C'était en présence de son collègue de l'urbanisme François Noudégsi, du maire d'Avrankou Georges Nounagnon, des ex-députés Michel Missikpodé et Aloukou Minakodé, du chef d'arrondissement d'Atchoukpa Amidou Adégbindin.

Après avoir remercié le chef de l'Etat pour la nomination d'un fils d'Atchoukpa dans son gouvernement, le maire d'Avrankou a réitéré sa volonté et celle des populations d'Avrankou d'accompagner les actions du docteur Boni Yayi et de son gouvernement. Il sera appuyé par les anciens députés Michel Missikpodé et Aloukou Minakodé ainsi que le ministre François Noudégbessi qui ont exhorté les populations à soutenir le chef de l'Etat dans ses actions. Le chef d'arrondissement, en tant que président du bureau de l'Association des parents d'élèves (Apeà) du Ceg, a adressé au ministre Moussa Okanla un chapelet de doléances relatif à des salles de classes entamées et inachevées, la construction de nouvelles infrastructures immobilière au sein de l'établissement ainsi que son équipement. D'autres doléances ont été aussi formulées par ce dernier pour accompagner les responsables de cet établissement dans leur lutte pour le développement à travers l’éducation.Prenant la parole à son tour, le ministre moussa Okanla a remercié toute les populations pour leur soutien. Après avoir rappelé les efforts consentis par le gouvernement de Boni Yayi dans le secteur éducatif et dans d'autres secteurs, le ministre des affaires étrangères a rassuré que toutes les doléances ne sont pas tombées dans des oreilles de sourd et que dès la rentrée prochaine, le Ceg d’Atchoukpa retrouvera un nouveau visage. {mospagebreak}

Valorisation de la maison du patrimoine à Porto-novo

Bernard Dossou reçoit l'appui de l'Ambassadeur Hervé Bescansenot

Les populations de l'arrondissement d'Atchoukpa dans la commune d'Avrankou, hommes, femmes, jeunes, élèves et étudiants ont envahi pour la circonstance la cour du Ceg d’Atchoukpa pour remercier le ministre des affaires étrangères Moussa Okanla, natif de la localité, qui a jugé nécessaire de les rencontrer pour écouter leurs doléances. C'était en présence de son collègue de l'urbanisme François Noudégbessi, du maire d'Avrankou Georges Nounagnon, des ex-députés Michel Missikpodé et Aloukou Minakodé, du chef d'arrondissement d'Atchoukpa Amidou Adégbindin.

Après avoir remercié le chef de l'Etat pour la nomination d'un fils d'Atchoukpa dans son gouvernement, le maire d'Avrankou a réitéré sa volonté et celle des populations d'Avrankou d'accompagner les actions du docteur Boni Yayi et de son gouvernement. Il sera appuyé par les anciens députés Michel Missikpodé et Aloukou Minakodé ainsi que le ministre François Noudégbessi qui ont exhorté les populations à soutenir le chef de l'Etat dans ses actions. Le chef d'arrondissement, en tant que président du bureau de l'Association des parents d'élèves (Apeà) du Ceg, a adressé au ministre Moussa Okanla un chapelet de doléances relatif à des salles de classes entamées et inachevées, la construction de nouvelles infrastructures immobilière au sein de l'établissement ainsi que son équipement. D'autres doléances ont été aussi formulées par ce dernier pour accompagner les responsables de cet établissement dans leur lutte pour le développement à travers l’éducation.

Prenant la parole à son tour, le ministre moussa Okanla a remercié toute les populations pour leur soutien. Après avoir rappelé les efforts consentis par le gouvernement de Boni Yayi dans le secteur éducatif et dans d'autres secteurs, le ministre des affaires étrangères a rassuré que toutes les doléances ne sont pas tombées dans des oreilles de sourd et que dès la rentrée prochaine, le Ceg d’Atchoukpa retrouvera un nouveau visage. 

La ville de Porto-novo vient de reçevoir un soutien de taille. Celui de l'Ambassadeur français Hervé Banscansenot et du représentant de l'Ambassadeur d'Allemagne. Cette visite des deux personnalités est intervenue le vendredi dernier à l'Hotel de ville de Porto-novo  à travers des échanges fructueux. Cette visite de l'Ambassadeur français rentre dans le cadre de la mise en valeur de la << Maison du patrimoine>> construite  dans la ville de Porto-novo grâce aux efforts de l'Ecole du patrimoine africain ( Epa) et ceux de la mairie de Porto-novo. Depuis que cette infrastructure a été renovée et inaugurée, elle peine à rentrer réellement en activité, du fait du non équipement  de cette infrastructure. Maintenant la mairie de Porto-novo et l'Epa peuvent se frotter les mains puisque dans les échanges et les accords conclus, l'Ambassadeur de France Hervé Bescansenot contribuera à son équipement  et sa valorisation. L'Ambassade d'Allemagne interressé aussi par le projet et voulant oeuvrer pour la valorisation des richesses culturelles de la ville de Porto-novo a promis par le biais du représentant de l'Ambassadeur d'appuyer ce projet et de contribuer à la mise en oeuvre de la << Maison du patrimoine>>. Le maire Bernard Dossou très ému, a remercié l'Ambassadeur français pour cette initiative louable. Le maire de Porto-novo a promis mettre tout en oeuvre pour faciliter l'effectivité des travaux. Il a souhaité aussi que l'Ambassade de France et celle d'Allemagne viennent en appui à la ville dans d'autres secteurs de développement. Au terme des échanges, le diplomate français et toute la délagation ont fait une visite sur le site de la << Maison du patrimoine>> et ont pris connaiassance des infrastructures touristiques implantées dans la ville.