La Nouvelle Tribune

Procédure de destitution

Espace membre

Comment les députés  Fcbe ont  piégé leurs collègues de l’opposition?
Le projet de contrôle des activités et de la gestion du président de l’Assemblée nationale vient d’enregistrer un échec cuisant. Les députés du G4, G13 et de Force Clé ont été victimes d’un piège savamment orchestré par leurs collègues de la Fcbe. La séance plénière du jeudi dernier qui devrait consacrer l’examen et l’adoption de la proposition de résolution tendant à mettre sur pied une commission d’enquête parlementaire pour contrôler les activités et la gestion du président Mathurin Nago a été clôturée à queue de poisson. Compte tenu des malentendus et l’atmosphère viciée au sein de l’hémicycle, le président de l’Assemblée nationale n’avait plus d’autres alternatives que de lever la séance. Ce projet des députés de l’opposition parlementaire vient d’échouer et d’être reporté aux calendes grecques. Des sources proches de l’institution parlementaire évoquent un piège des députés de la Fcbe à leurs collègues du G4, G13 et de Force Clé. Les raisons sont les suivantes. D’une part, en maintenant dans l’ordre du jour de la session extraordinaire la première proposition de résolution introduite par 40 députés et qui a fait l’objet d’une étude en commission, le président Mathurin Nago et ses collègues de la Fcbe ont glissé une peau de banane à leurs collègues de l’opposition parlementaire puisque, une fois adoptée en plénière, cette proposition de résolution qui souffrirait ainsi de certaines insuffisances juridiques pourrait être facilement attaquable devant la Haute juridiction.
Mais la nouvelle proposition de résolution introduite précipitamment, par les députés de l’opposition, le jour de l’ouverture de la session extraordinaire et qui aurait corrigé ces insuffisances a été balayée du revers de la main par le président Mathurin Nago. Ce qui a créé la révolte et la furie dans le rang des députés signataires de cette proposition de résolution. D’autre part, les députés de la Fcbe qui se sont érigés ouvertement en défenseurs du président Nago, auraient créé de toute pièce cette situation de tension qui s’est envenimée une première fois en conférence des présidents et qui a laissé place à des incidents entre députés. La seconde fois, ce fut lors de la plénière du jeudi dernier, où le refus obstiné du président Nago d’accéder à la motion de procédure demandée par l’honorable Ismael Tidjani Serpos et sa volonté de faire poursuivre les travaux par la commission des lois ont fait dégénérer la situation au sein de l’hémicycle. L’ambiance étant viciée, le président Mathurin Nago n’avait plus d’autres échappatoires que de lever la séance. Se débarrassant ainsi de ce lourd fardeau qui lui pesait sur les épaules. Que se passera-t-il à la prochaine session? Les députés de l’opposition vont-ils laisser faire? Que réservent-ils au président Nago? La seule alternative pour le président de l’Assemblée nationale est de rechercher le plus tôt un terrain d’entente pour apaiser la tension, et ne pas laisser ses collègues de la Fcbe jeter de l’huile sur le feu.

Ismail Kèko