La Nouvelle Tribune

Polémiques autour de la création des villages : une délégation d’Adjarra au cabinet de Nago

Espace membre

La saignée continue par rapport à la création de nouveaux villages concernant la proposition de loi sur les unités administratives en République du Bénin.

Hier, c’est une forte délégation des natifs de la commune d’Adjarra qui sont venus plaider par rapport au retour du village d’Aholouko dans le giron de leur commune.

En effet, ce village fait aujourd’hui objet de litige avec la commune d’Avrankou. La délégation de la commune d’Adjarra, conduite par le roi d’Adjarra, sa majesté Kpoffon Houéchéhoun, a été introduite au cabinet du Président de l’Assemblée Nationale par le député Edmond Zinsou, originaire et ancien maire de la localité.

«Le village d’Aholouko relève de la tutelle de la commune d’Adjarra. Il en est ainsi depuis des décennies et ledit village abrite par ailleurs nombre d’infrastructures sociocommunautaires administrées par la commune. Les populations ne comprennent donc pas pourquoi, l’Assemblée Nationale en a décidé autrement, à l’occasion de l’adoption de la loi relative aux unités administratives locales», s’est indigné Gbètoho Kouwanou, porte-parole de la délégation.

Le professeur Mathurin Coffi Nago a indiqué à ses hôtes que la question de la délimitation des frontières entre les localités, relève de l’exécutif qui a été invité à saisir la Représentation Nationale d’un projet de loi qui va donner ces précisions. Par rapport au problème relatif à la commune dont dépend le village d’Aholouko, il sera posé en son temps à l’ensemble des députés, sans doute à l’occasion de l’examen d’une loi corrective, plusieurs localités ayant exprimé des requêtes similaires.

D’autres personnalités chez Nago

Ce même jour, le Président de l’Assemblée Nationale a reçu d’autres personnalités, sur diverses questions d’intérêt politique ou socio-économique. Il s’agit du Secrétaire général du Syndicat des travailleurs du Complexe textile du Bénin (Syntra-Coteb), Ibrahim Alfa Orou, de la Directrice du Centre des œuvres universitaires et sociales (Cous) de l’Université d’Abomey-Calavi, Eléonore Yayi-Ladékan, une délégation de la Communauté catholique Mère du Divin Amour, ainsi que Madame Elise Goncalves née Vilon-Guézo, fille aînée de feu Romain Vilon-Guézo.