La Nouvelle Tribune

Lépi : les vérités des élus de Porto-Novo aux parlementaires

Espace membre

La tournée parlementaire entamée, depuis quelques jours, sur toute l’étendue du territoire national par les parlementaires, se poursuit dans toutes les communes. A l’instar des autres communes, la délégation des parlementaires est descendue dans les départements de l’Ouémé et du Plateau. 

Mais cette descente de terrain n’a pas laissé perplexe les élus communaux et locaux de la ville de Porto-Novo. Puisque, hier la délégation parlementaire a tenu dans les locaux de la Mairie de Porto-Novo, une séance de sensibilisation avec ces élus municipaux et communaux.

La délégation parlementaire est conduite par la présidente Hélène Aholou Kèkè et composée d’une douzaine de députés élus dans les deux départements, à savoir Charlemagne Honfo, Jonas Gbènamèto, Sofiath Shannou, Yibatou Sanni Glèlè, Edmond Zinsou, Augustin Ahouanvoébla, Justin Agbodjèté, Sacca Fikara, Joachin Adantinnon, Firmin Biokou et Kakpo Zannou. Le 2è Adjoint au maire de Porto-Novo, représentant le maire absent, a expliqué qu’il s’agit de leur apporter des informations sur les lois électorales et que cette démarche les honore, compte tenu de l’intérêt qu’ils ont pour l’organisation des élections dans notre pays. C’est la présidente Hélène Kèkè qui a planté le décor en précisant l’objectif visé par cette descente de terrain. Selon ses propos, l’Assemblée Nationale a annoncé à la Mairie de Porto-Novo, comme à toutes les 14 communes des deux départements, leur descente sur le terrain afin de les sensibiliser sur la Lépi et sur le contenu des lois électorales, à savoir la loi sur la correction de la Lépi, la loi qui a prorogé le mandat des maires et des élus communaux et locaux, la loi sur les unités administratives, la loi sur les règles générales et particulières qui concernent les élus locaux et communaux, et enfin la loi en cours d’étude sur les centres de vote. Notamment, toutes les innovations contenues dans cette loi n’ont pas été occultées ; le cas, par exemple, où le bureau de vote est désormais remplacé par le poste de vote. Selon la présidente, cette descente fait suite aux mécontentements constatés sur le terrain, au lendemain des dernières élections dans notre pays. « Il y a des gens qui ont été recensés et dont les noms ont été mal pris, des gens dont l’âge a été mal pris, on a mis des hommes pour des femmes, il y a des photos qui n’ont pas été bien prises, il y a des endroits où au lieu d’enregistrer les dix doigts, on a enregistré deux doigts… » S’est confiée Hélène Kèkè. Afin d’éviter désormais cet état de choses, les innovations aux différentes lois ont été apportées aux élus locaux et municipaux de Porto-Novo. A tour de rôle, soit en français, soit en langues nationales goun ou yoruba, les députés Sofiath Shannou, Yibatou Sanni Glèlè, Charlemagne Honfo et Vlavonou Louis, ont entretenu l’assistance. Ainsi, ils ont demandé aux élus locaux et municipaux d’aller vers la base pour rendre tout ce qu’ils ont appris, et aussi sensibiliser les populations à la base afin qu’elles sortent massivement pour accompagner la correction de cet important outil électoral. Signalons qu’en dehors de Porto-Novo, la délégation parlementaire a fait de même dans les communes de Kétou, Pobè, dans les communes de la vallée de l’Ouémé, Avrankou, Adjarra. La délégation poursuit ce jour son périple dans les communes de Sèmè-Kpodji et des Aguégués.