La Nouvelle Tribune

Assemblée nationale

Espace membre


Pugilat à la conférence des présidents (Djibril Débourou terrasse le 1er questeur Saka Fikara)
La tension est montée d'un cran hier au parlement lors de la conférence des Présidents suite à une correspondance envoyée par le chef de l'Etat Boni Yayi. Les écarts de langage ont dégénéré et ont conduit à des échanges de coups de poings entre le 2è questeur Djibril Débourou et le 1er questeur Saka Fikara.
L'Assemblée nationale a été transformée hier en un ring où les deux questeurs de l'institution parlementaire se sont donnés des coups de poings, au cours des travaux de la conférence des présidents convoquée hier par le président de l'Assemblée nationale Mathurin Coffi Nago. A en croire les sources parlementaires, les travaux ont démarré dans le calme mais la situation aurait dégénéré suite à l'introduction d'une correspondance du chef de l'Etat Boni Yayi qui aurait demandé à la représentation nationale de déclarer irrecevable la proposition de loi modificative de la loi organique de la Haac introduite il y a quelques temps par certains députés. La lecture de cette correspondance n'aurait pas plu aux députés de l'opposition parlementaire membres de la conférence des présidents. C'est ainsi que le premier questeur Saka Fikara a protesté contre cet état de chose et aurait dénoncé cette immixtion  du chef de l'Etat. Les propos injurieux du député Saka Fikara n'auraient pas plu au 2è questeur Djibril Débourou qui se serait dirigé aussitôt vers son collègue Saka Fikara, le tenant par le collet. Au moment où Saka Fikara s'apprêtait à protester, le 2è questeur Djibril Débourou l'aurait projeté par terre et aurait soulevé une table pour lui briser le crane. Le 1er questeur serait resté au sol puisque Djibril Débourou aurait posé un pied sur lui l'empêchant de se lever. Il aurait fallu la réplique du député Epiphane Quenum qui aurait projeté par un coup de poing suivi d'une envolée de pied le député Djibril Débourou. Tout se passait devant les yeux hébétés et à la barbe du président Mathurin Nago qui ne pouvait piper mot. Ce fut des engueulades et des menaces verbales de parts et d'autres. D'autres députés, Chabi Sika Karimou entre autres, se seraient même mêlés de la bagarre. Finalement la tension s'est calmée grâce à l'intervention du garde de corps du président Nago. C'est ainsi que la réunion s'est achevée à queue de poisson.
 
Un parlement de la honte

Cette situation que vient d'enregistrer la représentation nationale montre une fois de plus à quel point nos élus de la nation sont des parlementaires sans foi ni loi qui se prévalent d'une probité intellectuelle. Quelle race de député avons nous au cours de la présente mandature de l'Assemblée nationale? La 5è législature serait-elle composée pour la plupart que des députés voyous? Sinon comment comprendre que des députés s'affrontent à coups de poings devant le président de l'institution parlementaire. On se rappelle qu'une situation analogue s'était produite il y a quelques semaines de cela entre le député Augustin Ahouanvoébla du Prd et sa collègue 2è secrétaire parlementaire Amissétou Affo Djobo où les deux ont failli en venir aux mains. N'eut été la vigilance de certains collègues en son temps, on en serait arrivé au pire. La même situation se reproduit mais cette fois-ci les coups de poings n'ont pas été ratés.
 Selon des sources parlementaires, on craignerait désormais des représailles du genre et on se demande si à la prochaine plénière, les députés ne vont pas s'armer d'avantage; le 2è questeur Djibril Débourou aurait même eu des bracelets de gris gris au bras pour affronter son adversaire de fortune. C'est dire qu'à la prochaine plénière la tension risque de monter d'un cran entre députés.

Ismail Kèko