La Nouvelle Tribune

Séminaire..

Espace membre

{ic_doc}{/ic_doc}La quatrième édition regroupe les experts de l’Ong «Médecin d’Afrique» à Cotonou

Le quatrième séminaire de formation de la prise en charge des patients du vih/sida s’ouvre ce jour à Cotonou. Cette rencontre qui durera cinq jours s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le sida et permettra à chaque participant de mieux s’investir pour les malades souvent isolés.

Au cœur d’une grande rencontre panafricaine qui s’ouvre ce jour à Cotonou, l’Ong «  Médecin d’Afrique » place la problématique de la prise en charge des personnes vivant avec le Vih/Sida. Pour la quatrième fois donc cette organisation regroupera, comme à son habitude plus de trois cent médecins et professionnelles de santé issus de plus d’une dizaine de pays, le Sénégal, le mali, le Cameroun, le Togo, la Centrafrique, le Niger, la Rdc, le Burkina Faso, la Côte d’ivoire et le Bénin. L’objectif de ce quatrième séminaire est selon les organisateurs, de réduire la transmission mère enfant du Vih/Sida ; d’assurer un soutien psycho social aux femmes enceintes séropositives ; de garantir une alimentation équilibrée et un suivi pédiatrique régulier aux nourrissons ; de fournir les bases d’une formation adéquate aux acteurs impliqués en Afrique et d’aborder la question de ce fléau dans une optique panafricaine. Outre cette activité scientifique statutaire, l’Ong « Médecin d’Afrique » mène aussi des actions telles que la formation des acteurs locaux ; organise des séances de counselling (accompagnement psychologique et social) pour les femmes et dispense le lait artificiel et un suivi pédiatrique des nourrissons .Depuis sa création, elle a, à son actif beaucoup de résultats concluants au nombre desquels, la prise en charge de 104 couples mère enfants sur une période de 18 mois et la baisse de la transmission mère enfant du virus du Vih/Sida .Au cours de ce séminaire qui démarre ce jour à Cotonou, il y a des ateliers qui seront assurés par un panel de spécialistes des questions de Vih/Sida du réseau des partenaires de leur association en Afrique et en France.

Esther Badou