La Nouvelle Tribune

Communiqué de presse (a/s pretendue conspiration de silence du camarade Dieudonné Lokossou, secrétaire général de la confédération)

Espace membre

Depuis un certain temps, la situation de la gouvernance à la SONACOP défraie la chronique suite à la dénonciation de la mauvaise gestion pratiquée à la tête de la Société par Monsieur Expédit Codjo HOUESSOU, Directeur Général  nommé par les soins du Gouvernement de la Refondation sans l’existence d’un Conseil d’Administration en violation des textes qui régissent les Sociétés.

Le Président de la République saisi du dossier, a dépêché une commission d’enquête au sein de la Société pour vérifier les informations de mauvaise gestion à lui parvenues et de situer les responsabilités.

Du rapport présenté par l’Inspecteur Général d’Etat, Monsieur KOUSSE Alidou, il a été retenu neuf (09) chefs d’accusation contre le Directeur Général HOUESSOU C. Expédit. Nulle part dans ledit rapport, la Commission n’a pu établir la responsabilité du Camarade Dieudonné LOKOSSOU, ancien Secrétaire Général du SYNTRA-SONACOP et Secrétaire Général de la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (CSA-Bénin).

Mais à la surprise générale, dans le compte rendu du conseil des Ministres en sa séance du Lundi 13 Mai 2013, l’ancien Secrétaire Général du SYNTRA-SONACOP, Dieudonné LOKOSSOU a été nommément cité dans un dossier de mauvaise gestion où il n’est pas impliqué ni de près, ni de loin. Pour mémoire, le communiqué du Conseil des Ministres dit ce qui suit : «Cependant les faits révélés à la SONACOP, interpellent la qualité de la gouvernance syndicale dans notre pays. En effet, il a fallu l’alternance à la tête du syndicat de la SONACOP pour que les faits graves ci-dessus évoqués soient dénoncés par le syndicat. La question que le peuple est en droit de se poser est de savoir si l’ancien Secrétaire Général du syndicat, Monsieur Dieudonné LOKOSSOU, en l’occurrence, était informé de ces faits. Si oui, pourquoi, lui si avisé, si prompt à tout dénoncer, a pu garder silence pendant tout le temps sur des situations aussi graves et préjudiciables à la vie de l’entreprise».

Dans le dessein morbide de nuire au Camarade LOKOSSOU et de ternir son image dans l’opinion, le gouvernement a entrepris une vaste campagne médiatique à travers les services de grogneurs professionnels et autres griots du système.

Dans un autre communiqué publié par la Directrice de Cabinet de la Présidence, il a été déclaré que la Présidence de la République n’a reçu aucune correspondance de dénonciation en provenance du Secrétaire Général du SYNTRA-SONACOP durant toute la durée de la gestion de Monsieur Expédit HOUESSOU à la tête de la SONACOP. A défaut de cette lettre de dénonciation du Secrétaire Général du SYNTRA-SONACOP, le Chef de l’Etat avait pourtant nommé un Auditeur Interne du Gouvernement en la personne de l’Intendant Général de Brigade Biokpo LAFIA qui y a séjourné pendant plus d’un an pour auditer et contrôler les actes de gestion du Directeur Général HOUESSOU. Au terme de sa mission républicaine, l’intéressé a dû déposer un rapport au Chef de l’Etat. Pourquoi n’a-t-on jamais exploité ce rapport ou bien a-t-il blanchi le Directeur Général Expédit HOUESSOU ?

Que vient chercher le gouvernement dans la gouvernance syndicale en violation de la Convention N°87 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur les libertés syndicales ?

Il n’est pas superflu de rappeler à l’opinion publique que, c’est le Président de la République qui a le pouvoir de nommer les Directeurs Généraux et non les Secrétaires Généraux des syndicats sur la base des compétences avérées et des critères de moralité. Et c’est le cas du Directeur Général de la SONACOP Expédit HOUESSOU. Alors que cessent donc les menaces d’intimidation et d’arrestation imminente du Camarade LOKOSSOU Dieudonné sous le fallacieux prétexte du délit de non dénonciation de crimes économiques car celui qui a nommé le Directeur Général ne doit pas être mis hors de cause.

En tout état de cause, le Bureau Exécutif National de la CSA-Bénin :

 dénonce et condamne avec vigueur l’ingérence flagrante du gouvernement dans les affaires syndicales ;

 met en garde le gouvernement contre les complots en préparation contre le Secrétaire Général Dieudonné LOKOSSOU ;

 invite les travailleurs à se mobiliser pour des actions d’envergure en cas de nécessité.

Copie :

- CSI

- CSI-Afrique

- BIT

- CGT

- CGT-FO

- ITF

- Organisations de défense des Droits de l’Homme

- Toutes les Centrales et Confédérations syndicales du Bénin

Fait à Cotonou, le 16 Mai 2013.

Le Bureau Exécutif National de la

CSA-Bénin