La Nouvelle Tribune

Imminence d’un remaniement au Bénin

Espace membre


Les deux «G» annoncés au gouvernement de Yayi
(A travers des personnes individuellement ou collectivement approchées)
Plusieurs partisans et cadres de l’ombre sont annoncés dans le prochain gouvernement du président Boni Yayi pour y représenter les regroupements politiques G4 et G13.

Les regroupements politiques G4 et G13 devraient faire probablement leur entrée dans le prochain gouvernement de Boni Yayi indiquent des milieux proche du pouvoir. Plusieurs partisans et cadres sont proposés par chacun des deux regroupements pour servir dans ce nouveau gouvernement dont  la proclamation est imminente a-t-on appris samedi dans différents milieux proches de l’administration de la présidence de la République. Parmi ces partisans et cadres, il y a des députés de la présente législature élus notamment sur la liste de l’Alliance pour une dynamique démocratique (Add) via le parti de la Renaissance du Bénin (Rb). Ainsi le nom de deux des députés Rb élus dans des circonscriptions électorales des départements de l’Atlantique et de Littoral. L’un d’eux serait très pressenti au ministère de l’Agriculture. Celui-ci contrôle pour le compte de sa formation politique, une zone politiquement importante et stratégique dans la conurbation Cotonou-Ouidah-Abomey-Calavi. Ce député qui au sein du parti des Soglo serait en compétition avec un autre représente selon certains partisans du président de la République un enjeu capital. Pour ce faire, il pourrait faire son entrée au gouvernement même sans être proposé par le parti comme ce fût presque le cas pour un ancien ministre actuellement en fonction à l’Uemoa. L’entrée de certains membres de la Rb au gouvernement diviserait non seulement la formation mais également le G4 dont sont membres d’autres formations politiques qui n’auraient pas été consultées ni en tant qu’entité politique ni en tant que composante du G4. Ainsi des voix s’élèvent déjà comme d’ailleurs au sein du G13 pour dire que l’entrée au gouvernement de députés, cadres ou personnalités proches ou identifiés à leur regroupement ne saurait être prise pour le résultat d’un compromis entre eux en tant qu’entités politiques et le président de la République. Car, « (…) jamais le G13 n’a été consulté dans le cadre de la formation d’un quelconque gouvernement mais le chef de l’Etat est libre de faire appel à qui il veut (…) c’est lui qui sait qui il peut appeler dans son gouvernement (…) des gens peuvent donc être approchés individuellement (…) » a indiqué hier soir une personnalité du G13 jointe au téléphone. Pour ce député membre de l’équipe de coordination du G13 que nous avons également interrogé au sujet des récentes déclarations de Rachidi Gbadamassi, « il n’est pas le porte parole du G13 et il a parlé en tant que député puis son appel à ramener la balle à terre ne signifie pas l’abandon des objectifs fixés par le  G13 au départ ».


Ludovic D. Guédénon