La Nouvelle Tribune

Union Européenne : point de la coopération au Bénin… Entre Diversité et Vitalité!

Espace membre

Comme il est de coutume, lors des grandes célébrations républicaines, le bilan des temps passés doit être fait, afin de tracer la route pour un nouveau vivre-ensemble.

Le domaine de la coopération internationale n’échappe pas à cette règle. Ainsi, l’Union Européenne, à l’occasion de la célébration de la Fête de l’Europe 2013, a procédé au bilan de son intervention auprès du Bénin. A cette occasion, la Déléguée de l’Union Européenne au Bénin, l’Ambassadeur Françoise Collet, a jeté un regard critique sur ce qui a déjà été accompli, sans oublier de définir ce qui peut être encore ajouté, lors de la réception organisée dans le cadre de la Fête de l’Europe à Cotonou. A sa suite, nous proposons ici un tour d’horizon de la coopération entre le Bénin et l’Union Européenne, tout en procédant à l’analyse d’un « discours de vérité », pour un nouveau cap dans la coopération entre les pays d’Europe et ceux d’Afrique, notamment le Bénin.

Une coopération diversifiée!

L’Union Européenne est une institution très présente auprès du Bénin, pour l’aider à poursuivre sa route vers le développement, grâce au soutien apporté à divers niveaux.

Entre diversité et vitalité, c’est le lieu de saluer cette coopération riche et fructueuse, qui embrasse divers domaines, différents secteurs.

L’Union européenne intervient au Bénin depuis l’indépendance du pays en 1960, dans les domaines des relations politiques, économiques, commerciales. Cette intervention est aussi bien financière que technique. C’est l’Europe qui fournit la plus grande part de l’aide au développement au Bénin, se plaçant donc comme un partenaire privilégié pour ce pays, à l’instar de ses pairs africains.

Ainsi, l’aide européenne prend généralement la forme de subventions, à travers l’appui budgétaire ou les projets. La majeure partie de cette aide vient du Fonds Européen pour le Développement (FED), avec un niveau tellement important qu’il a été créé une structure spéciale chargée de la coordination et de la gestion de l’aide européenne au  niveau national : l’Ordonnateur national du FED, domicilié au ministère des Finances et de l’Economie.

A titre d’exemple, le  seul budget FED sur la période 2008-2013 (10ème FED) s’élève à 380 millions d’euros (soit quelque 250 milliards de Francs CFA) pour le Bénin.

Cependant, l’aide de l’Union Européenne ne s’arrête pas au seul FED. Il y a aussi les programmes ou lignes budgétaires dites « thématiques » qui permettent à divers acteurs du développement, notamment au niveau local, de bénéficier de subventions sur le budget général de l’Union.

Une intervention multisectorielle!

Quant aux domaines d’intervention, c’est leur diversité qui témoigne réellement de la vitalité de la coopération entre le Bénin et l’Union Européenne. On peut citer les domaines suivants :

1) L’appui budgétaire qui apporte des ressources supplémentaires au budget national du Bénin, pour la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SCRP).

2) Les infrastructures : L’Union Européenne est le principal partenaire au développement dans le secteur du transport routier, avec plus de 2.000 km de routes depuis 25 ans, pour un montant global de 500 milliards de F CFA, en particulier sur la route inter-états reliant Cotonou à Malanville.

3) La décentralisation et le développement local : A ce niveau un montant de 30 milliards de F CFA (45 millions d’euros) est alloué au Programme d’Appui au Développement Local (PADL) sur le 10ème FED signé en février 2012.

4) La Justice et les Droits de l’Homme avec le Projet d’Appui à la Réforme de la Justice (PARJ), dans le cadre du 10ème FED, pour 3 milliards de F CFA (4,5 millions d’euros).

5) La Sécurité et la lutte contre les trafics, notamment en ce qui concerne la coopération pour la sécurisation du Golfe de Guinée, en particulier pour lutter contre la piraterie maritime.

6) Les projets régionaux : Le Bénin bénéficie également de l’appui de l’Union Européenne pour des projets d’intérêt régional en Afrique de l’Ouest, comme le WAPP (West African Power Pool), la gestion des parcs naturels régionaux ou le Programme régional de santé.

7) L’Appui aux acteurs du développement local, membres de la société civile ou intervenants culturels, est une déclinaison des nouvelles orientations de la coopération déléguée au bénéfice des populations à la base. Cette intervention de l’Union Européenne passe principalement par le Programme Société Civile et Culture (PSCC).

A part l’intervention directe de l’Union Européenne, il faut noter que tous les pays européens intervenant au Bénin, participent, chacun à son niveau, à la vitalité de la coopération bénino-européenne, dans des domaines aussi variés que diversifiés, à l’instar de l’institution commune. Il s’agit de la France, de la République Fédérale d’Allemagne, du Royaume de Belgique, du Royaume des Pays-Bas et du Royaume du Danemark.

Et demain, une coopération renforcée!

En sa qualité de partenaire privilégié de la République du Bénin, l’Union Européenne continuera, certainement, de soutenir le Bénin dans sa marche vers le développement. Et ce, malgré « les doutes, voire l’indignation, la colère ou la révolte, d’une partie des citoyens européens » qui sont soumis à l’austérité alors que l’aide publique au développement venant de la première pourvoyeuse mondiale est restée à des niveaux élevés.

Cependant, beaucoup reste à faire, notamment de la part du Bénin, en ce qui concerne l’assainissement de l’environnement des affaires, un exemple parmi d’autres, et l’instauration de la bonne gouvernance.

Aussi, sans vouloir s’ériger en donneuse de leçons, l’Union Européenne tient à rappeler à son partenaire béninois que «la croissance économique est la condition incontournable du développement bien plus que l’aide directe. Et les conditions de création de cette croissance doivent être réunies et suffisamment attractives et équitables, afin que le secteur privé (un exemple donc, ajouté par nous), qui en est l’acteur principal, soit convaincu d’investir, de produire et d’acquitter ses impôts, dans un environnement porteur de confiance.»