La Nouvelle Tribune

Activisme politique à la veille du remaniement ministériel

Espace membre

Les jeunes de la mouvance s’entredéchirent
Le remaniement ministériel en vue fait courir les jeunes de la mouvance présidentielle. Dès lors, ils se livrent une bataille rangée  et se sont lancés dans un activisme forcé dans le but de faire pencher la balance, chacun de son côté.

Une guerre sans merci fait rage actuellement au sein de la majorité présidentielle. Certains pressentis pour faire partie du prochain gouvernement du Dr Boni Yayi s’activent comme il ne l’ont jamais été auparavant. Ce regain d’activités au sein des organisations de jeunes de la majorité présidentielle tend vers un objectif unique et inavoué qui est celui d’attirer l’attention du Chef de l’Etat sur le leader de tel ou tel groupe. Puisque selon certaines indiscrétions, les consultations du président Boni Yayi révèlent déjà certains noms qui sont susceptibles d’entrer dans ce gouvernement. On note pêle-mêle, les noms de Eric Adja, actuellement Assistant du Chef de l’Etat, Sylvain Zohoun, député à l’Assemblée Nationale, le versatile El Farouk Soumanou, et un certain Soulémane Naïmi.  Ainsi, on a pu noter que certains d’entre ces jeunes sont, à maintes reprises,  montés au créneau pour faire des déclarations de soutien au président de la République, ou pour annoncer la création de mouvement. La période festive du 1er Août a été savamment exploitée par ces activistes qui pensent ainsi forcer la main au Dr Boni Yayi. Cependant, à voir les noms de ces pressentis ministres, on se demande les critères auxquels ils répondent. Quand on veut construire un pays émergent, il y a mieux. Dans ce lot, il y a selon les mêmes sources des individus qui n’ont aucune qualificaion, donc aucune science. Presque dans la même ligne, certains ne savent que faire de l’agitation et sont prêts à tuer leur mère pour atteindre leur but. Globalement, la compétence et la bonne moralité ne sont pas les vertus les mieux partagées par ce groupe  de jeunes qui n’accordent plus leur violon. En tout cas, jusqu’à la formation du prochain gouvernement, les mouvements de jeunes du camp présidentiel sont prêts à faire des simulacres d’activités de soutien pour du lobbying auprès du Chef de l’Etat.

Benoît Mètonou