La Nouvelle Tribune

Médiation dans la crise zimbabwéenne

Espace membre


Albert Tévoédjrè abandonne t-il l’Opm?
(Le personnel toujours dans  une situation inconfortable)
Le médiateur Albert Tévoédjrè est monté hier au créneau pour faire connaître sa nouvelle mission dans la crise au Zimbabwé. Cette nouvelle mission internationale  augure déjà des nouvelles difficultés qui s’annoncent dans la gestion de l’Opm, qui est en proie depuis peu à des difficultés de trésorerie avec un personnel impayé.

Après sa mission écourtée en République de Côte d’Ivoire en tant que Représentant spécial du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies (Onu), le professeur Albert Tévoédjrè se prépare pour une autre aventure dans la crise qui secoue le Zimbabwé. Il l’a fait savoir hier au siège de son institution à Porto-novo à travers une séance d’échanges avec la presse en présence du personnel de cette institution. A en croire le Médiateur de la Présidence de la République, il ferait partir de ceux qui travaillent ardemment pour la résolution de la crise au Zimbabwé en relation avec l’Organisation des Nations Unies (Onu). Selon ses déclarations, le renard de Djrègbé se propose de trouver une porte de sortie à cette crise en faisant constitutionnaliser la fonction de père de la nation du président Robert Mugabé comme l’expérience en Afrique du Sud avec Nelson Mandela. Face à cette situation, on se demande si éventuellement le médiateur Albert  Tévoédjrè était appelé à s’installer dans ce pays pour faire valoir sa médiation, quel sera alors le sort réservé à l’institution qu’il s’efforce de maintenir? Qu’adviendra-t-il de l’Organe présidentiel de médiation (Opm), son personnel déjà en souffrance et la survie de l’institution? Cette nouvelle mission qu’il se permet de conduire ne constitue-t-elle pas pour le renard de Djrègbé une échappatoire au moment où le fonctionnement, l’organisation et les attributions de l’Opm sont attaqués devant la Cour Constitutionnelle? Le projet de loi que le gouvernement s’est empressé d’introduire à l’Assemblée Nationale a-t-il de fortes chances d’aboutir? Compte tenu du contexte politique tendue actuellement à l’Assemblée nationale et vues les fortes chances pour que cette loi échoue au Parlement, le médiateur Albert Tévoédjrè n’avait plus d’autres issues que de chercher d’autres portes de sortie. L’une des preuves palpables est son empressement  pour reverser dans la fonction publique en tant que contractuels les agents en fonction à l’Opm. Mais toutes les précautions n’étant pas prise, lesdits agents sont confrontés actuellement à des situations salariales impayées qui les poussent déjà vers la démission. La conférence de presse organisée hier par le médiateur, en présence du personnel de l’Opm n’avait d’autres buts que de montrer à la face du monde la bonne foi voilée de ces agents tiraillés par la faim et le désespoir. Sinon, pour quelles raisons Albert Tévoédjrè n’a pas clarifié à la presse, le non payement des trois derniers mois de salaire et aussi la cause pour laquelle ses trois assistants avaient déposé le tablier? Cette rencontre d’hier n’est que l’arbre qui cache la forêt. 

Ismail Kèko