La Nouvelle Tribune

Eric Houndeté à propos de l’an deux de la Refondation : « On ne gère pas un pays dans l’improvisation »

Espace membre

Eric Houndeté, le tout nouveau président du groupe parlementaire Union fait la Nation, l’opposition, était l’invité de l’émission dominicale Zone Franche (Canal 3 Bénin) de ce week-end.

Le jeune député n’y est pas allé par quatre chemins pour relever les insuffisances de la gouvernance Yayi, depuis sa réélection en mars 2011.

«  Le régime Yayi ne peut plus régler les problèmes des Béninois. Il fait alors diversion en les occupant à autre chose. »  C’est comme ça que le député Eric Houndeté, président du Groupe parlementaire Union fait la Nation (Opposition) perçoit le régime Yayi. Invité de l’émission zone Franche de ce dimanche 28 avril 2013, il s’est prononcé sur les deux ans de la Refondation ; concept sous lequel le Président Boni Yayi, réélu en mars 2013, a placé son second mandat à la tête du pays.

Selon Eric Houndeté, aucune des réformes annoncées dans le cadre de la refondation n’a abouti jusque là. Il a fait constater que, par exemple, dans le cadre des réformes du système portuaire, il a été prévu la construction de deux port secs à Tori et Glodjigbé et d’un port en eau profonde à Sèmé. « Les projets de construction de ports à Sèmè, Tori et Glogjigbé, lancés à grand renfort médiatique, ne sont toujours pas entamés », a affirmé l’homme politique. Il va plus loin en prenant l’exemple du projet de construction de la route Akassato-Bohicon. « La route Akassato-Bohicon, lancée il y a trois ans, peine à démarrer, alors qu’on dit que le financement est bouclé », s’est-il désolé. Avant de réclamer comme tout citoyen béninois : « je veux savoir là où est passé l’argent ».

Du bluff ?

Il y a quelques semaines, sur le plateau de la télévision nationale(Ortb), le ministre du Développement, Marcel de Souza, avait annoncé que pour l’année 2012, le Bénin a atteint une croissance de 5, 4%. « Il ne faut pas prendre les Béninois pour des idiots », a martelé Eric Houndeté à propos de cette affaire de croissance. Il explique que le budget général de l’Etat 2012 a été réalisé avec une prévision de 3,5%.  Il fallait une production cotonnière de quatre cent mille tonnes au moins pour que le pays atteigne une croissance de plus de 4%. «Mais on a fait une production de 239 mille tonnes et on nous parle de 5,4% de croissance. D’où est venue cette croissance. Quelle activité économique l’a propulsée ?», s’est interrogé l’honorable Eric Houndeté. Qui  fait constater que « nous avons de gros problèmes. » Car « les Béninois n’arrivent plus à manger à leur faim. Ils ne sont pas heureux dans leur peau. Le maïs coute cher. Le gari coute cher. »

« On ne peux pas passer en perte et profit douze milliards de Fcfa. » C’est ce qu’il pense de l’affaire du scandale de la construction du nouveau siège de l’Assemblée Nationale, à Porto-Novo. Une réaction suite à la proposition qu’a faite le Chef de l’Etat la semaine dernière. Boni Yayi avait affirmé qu’il préconise qu’on abandonne le chantier actuel afin de choisir un autre site devant abriter l’infrastructure parlementaire. Eric Houndété est « convaincu que le Chef de l’Etat a fait un lapsus. Il n’a pas voulu dire ce qu’il a dit. » Il est aussi « convaincu que le Chef de l’Etat attendra qu’un audit complet du chantier soit fait, que les responsabilités soient situées, avant de prendre une quelconque décision.»

Que pense Houndété des trois ans restant à Yayi à la tête du Bénin ? « Je ne m’attend pas à ce que les choses changent. Mais je souhaite que ça change. Il faut que le Chef de l’Etat écoute, même l’opposition. Le gouvernement doit prendre comme devise la réflexion avant l’action. La presse, la société civile, les syndicats doivent être libres.»