La Nouvelle Tribune

Un an d’anniversaire : le Front citoyen s’embarque pour la délivrance du peuple béninois

Espace membre

26 avril 2012-26 avril 2013. Exactement un an hier, que naissait le Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques.

Les acteurs de ce regroupement s’étaient retrouvés au Codiam ce jeudi pour marquer ce premier anniversaire de leur union. Une union née pour briser le silence gênant par rapport à la situation politique dans le pays et pour se réapproprier la liberté de parole.

A l’occasion de cet anniversaire, il s’est agit pour les membres, de faire le bilan des douze mois d’actions mais surtout de s’engager dans une nouvelle mission pour le bonheur du peuple béninois. Ils l’ont fait savoir à travers une déclaration lue par Antoine Détchénou, le Président du Front, assisté d’un des membres, Clotaire Olihidé.

En termes de bilan, ils évoquent notamment cette liberté de parole qu’ils ont pu saisir et exercer. «Puisque nous avons,  nous aussi, occupé l’espace politique, même si cette occupation est très inégale par rapport au quasi monopole que le pouvoir exerce arbitrairement sur les médias» confie le Président du Front. Et ce droit, le Front veut plus que jamais l’exercer dans toute son entièreté. «Il nous faudra donc revaloriser la parole et lui donner un sens. Alors nous serons des hommes et des femmes de conviction, des hommes et femmes dont le oui est oui, le non est non, des hommes et femmes qui ont appris à dire du blanc qu’il est blanc, du noir qu’il est noir, et ceci en toute circonstance.» exhorte Antoine Détchénou. Il ajoute «Soyons alors de ce type d’hommes et de femmes qui veulent vivre ensemble l’épreuve de la vérité, l’épreuve de la parole de vie.»

Lire aussi : Le Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques au cabinet de Nago

C’est sur ce principe, que le Président du Front invite tous ses membres à prendre ensemble le vol pour «un nouvel exode». Celui d’un engagement pour sortir le peuple béninois des mains de ses oppresseurs, de le sauver de ses angoisses. Et il rassure que cette mission ne souffrira d’aucune doute et d’hésitation. «Aujourd’hui, l’expérience d’une année nous a mûris et nous pouvons dire : la force, oui, nous l’avons ; la substance, c’est-à-dire l’énergie morale et spirituelle, oui, nous l’avons aussi.» Rassure Antoine Détchénou.