La Nouvelle Tribune

Arrestation hier d’une militante Rb

Espace membre

{ic_doc}{/ic_doc}Epiphane Quenum dénonce la violation de la Constitution

(Les Soglo marchent sur le Commissariat central et la Cena)

Sans mandat d’arrêt ni aucun acte du procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou, un groupe d’agents de la police nationale a procédé hier dimanche à l’arrestation de dame Solange Capo-Chichi, membre du parti la Renaissance du Bénin (Rb) puis de la Commission électorale départementale (Ced) du Littoral.

Selon le récit de son arrestation, par sa mère et certains responsables de sa formation politique, dame Capo-Chichi a été enlevée par des éléments de police conduits par deux commissaires dont celui du commissariat d’Aïdjèdo à Cotonou. Témoin des faits, Epiphane Quenum, député à l’Assemblée nationale et porte parole de la Rb trouve plutôt qu’il y a là une violation flagrante de la Constitution du 11 décembre 1990 parce qu’il dit n’avoir obtenu des officiers de la police aucun acte les autorisant à procéder ni à l’arrestation de dame Capo-Chichi ni à une perquisition en son domicile. Joint a-t-il déclaré, le ministre de la Justice aurait demandé trente minutes pour pouvoir répondre de la situation. Pour l’instant, ni les responsables de la Rb ni les parents de dame Capo-Chichi ne connaissent sa destination et les raisons de son arrestation.

L.D. G